Réussir vigne 11 janvier 2013 à 09h59 |

Groupement d'employeurs - Un dispositif à (re)découvrir

Les viticulteurs ne savent pas toujours qu’ils peuvent recourir à un groupement d’employeurs pour gérer leurs ressources humaines. C’est pourtant ” un système gagnant-gagnant pour le salarié et l’employeur ”.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mathilde Poitevineau, directrice de Gironde Emploi Agricole : "Notre objectif n'est pas d'avoir comme adhérents que de grandes propriétés mais aussi de travailler avec des domaines de dimension plus modeste qui ont tout intérêt à avoir du personnel en temps partagé"
Mathilde Poitevineau, directrice de Gironde Emploi Agricole : "Notre objectif n'est pas d'avoir comme adhérents que de grandes propriétés mais aussi de travailler avec des domaines de dimension plus modeste qui ont tout intérêt à avoir du personnel en temps partagé" - © GEA

Gironde Emploi Agricole (GEA) est l’un des plus importants et des plus anciens groupements d’employeurs de France, avec quelque 82 000 heures de travail mises à disposition par an. “ En 2011, 435 salariés ont travaillé pour nous ”, précise Mathilde Poitevineau, directrice du GEA. Celuici, basé à Léognan, compte parmi ses adhérents des grands noms de l’appellation pessac-léognan comme Château Smith Haut-Laffitte ou encore Château Carbonnieux. “ Lors des dernières vendanges, 80 personnes ont travaillé chez Smith Haut- Laffite. Mais notre objectif n’est pas d’avoir comme adhérents que de grandes propriétés mais aussi de travailler avec des domaines de dimension plus modeste qui ont tout intérêt à avoir du personnel en temps partagé".  Le principe du groupement d’employeurs est simple : celui-ci embauche en CDD ou en CDI du personnel qui est mis à disposition auprès de différents châteaux. Sécurité de l’emploi et flexibilité “ Ce système est gagnant à la fois pour les salariés et les entreprises. Les premiers ont une vraie sécurité de l’emploi; aux seconds, il offre une flexibilité qui leur permet d’ajuster le volume horaire de travail dont ils ont besoin. Le personnel mis à disposition est qualifié et reçoit une formation par nos soins. Nous veillons également à ce que ce soit toujours le même salarié qui se rende dans un château. Le groupement d’employeurs peut aussi servir de tremplin pour les salariés dont certains se sont vus proposer un CDI par un château". Pour adhérer au GEA, une cotisation annuelle de 15 euros est demandée ainsi que le versement d’une avance en compte courant, sorte de caution permettant au groupement de se prémunir en cas d’impayés et de s’assurer d’un fonds de roulement de trésorerie. Dernier avantage : “ GEA dégage souvent des excédents. Étant une association loi 1901 à but non lucratif, une partie de ces excédents dont le montant est très loin d’être négligeable, est reversée aux châteaux adhérents. ”

Réagissez à cet article

Attention, les messages sont limités à 1000 caractères.

Caractères restants :

*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement dans les commentaires.

Recopiez le code :

Code de sécurité anti spam

didier foucher | 16 janvier 2013 à 10:23:48

Bonjour. finalement c'est une sorte de travail interim ou free-lance . Que se passe-t-il avec la taille et les autres travaux dans la vigne . ? bient?t. d.f.

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

L'urbanisation se développe dans les campagnes et avec elle les conflits d'usage. Comment vivez-vous vos relations avec vos voisins urbains ?

Répondez à la question