Réussir vigne 27 février 2014 à 08h00 | Par Paul Remond

Alsace - Associer savoirs scientifiques et empiriques

En Alsace, le groupe de travail Repère réunit des chercheurs et des viticulteurs qui échangent leurs savoirs afin de répondre à des défis techniques majeurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-François Lallemand,
membre de l’association Repère. “ Nous voulons 
profiter de l’expérience de ceux d’entre-nous qui savent faire. ”
Jean-François Lallemand, membre de l’association Repère. “ Nous voulons profiter de l’expérience de ceux d’entre-nous qui savent faire. ” - © DR

Les membres de Repère sont chercheurs, viticulteurs, universitaires, fonctionnaires… Ils se sont initialement rencontrés pour suivre l’essai de porte-greffes OGM résistants au court-noué planté à Colmar en 2005. Aujourd’hui, ils s’intéressent aux pistes permettant à la viticulture d’accomplir sa transition écologique. “ Associer les savoirs scientifiques et collectifs locaux est un moyen efficace de produire une connaissance répondant directement aux préoccupations des viticulteurs ”, juge Jean Masson, directeur de recherches à l’Inra de Colmar et animateur du groupe. Le premier projet est prêt à démarrer.


Arrêt progressif des herbicides sous le rang


À Westhalten, le syndicat viticole s’est donné pour objectif de satisfaire les exigences d’Ecophyto 2018. Trente-et-un de ses membres s’engagent à tester sur 37 hectares l’arrêt progressif des herbicides sous le rang entre 2014 et 2016. Ils interviendront mécaniquement sur 21 hectares avec des cadres, des disques, des interceps dans lesquels va investir une Cuma, partenaire de l’opération. Ils testeront le couvert végétal non-concurrentiel de la vigne sur 14 hectares avec de la piloselle, une vivace qui tapisse bien le sol, et sur deux hectares avec du mytopia, un mélange d’une dizaine d’espèces d’herbes basses. Dans un deuxième temps, les viticulteurs veulent élaborer un Indicateur local de santé de la vigne et de son environnement (Ilsave) qui leur sera propre. Enfin, ils ont l’intention de collecter tous les savoirs disponibles en vue de diminuer l’utilisation des fongicides de synthèse. “ Nous voulons profiter de l’expérience de ceux d’entre nous qui savent faire ”, affirme Jean-François Lallemand, président du syndicat.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui