Réussir vigne 02 mars 2007 à 17h48 | Par Claudine Galbrun

Marché de niche - Les vins naturels ont soif de reconnaissance

Une "tribu" de vignerons a fait le choix de produire des vins les plus naturels possible. Pas de levures exogènes, peu ou pas de soufre. Ces vins "dissidents" se positionnent sur un marché de niche, certes, mais porteur. Ils ont créé leur association pour défendre leur cause et leurs différences.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Combien sont-ils ? Certains avancent le chiffre de 200, d´autres vont jusqu´à 2000.
En tout cas, ils font parler d´eux. Ils tiennent salon. Des sites internet leur sont dédiés et beaucoup de bloggeurs en parlent. Quelques entreprises de négoce spécialisées les distribuent. Et ils sont de plus en plus mis à l´honneur par les guides de critiques ayant pignon sur rue ou mieux encore sur les tables des restaurants étoilés. Ce sont des vignerons " qui ont préféré quitter l´autoroute pour prendre les chemins de traverse ", pour produire des vins " dissidents" qu´ils définissent selon le cas, comme naturels ou nature. " Quand nous nous sommes installés en 1999, pour ma femme et moi, c´était une évidence que de produire des vins naturels. Nous ne nous sommes pas posés de question ", explique René Mosse du domaine Mosse (Maine-et-Loire). Même si l´appellation " vins naturels " n´est pas complètement satisfaisante : " c´est un terme assez imprécis. En fait, mieux vaudrait parler de vins le plus naturel possible même si cela change beaucoup de choses au niveau du goût ", explique Jean-Marie Puzelat, vigneron au Clos du Tue Boeuf (Touraine).
Les vins naturels sont produits à partir de raisins "bios", vendangés à la main, sans levures exogénes, avec peu ou pas de SO2. ©©Anne Dezetter

Ces vignerons hors norme ont choisi de produire des vins sans avoir recours à l´habituelle panoplie oenologique: pas de levures exogènes, peu ou pas du tout de soufre. " Nous faisons du vin sans technologie et c´est possible ", assure Alain Castex, vigneron à Banyuls (domaine le Casot des Mailloles). " Depuis 1997, nous n´avons mis aucun intrant, ni à la vigne, ni au chai. Ce qui nous donne du recul notamment sur le vieillissement des vins et même des blancs. Cela donne des vins différents qui, certes ne plairont pas à tout le monde. " Mais attention à ne pas confondre les vins naturels avec les vins " bios ". La similitude entre les deux s´arrêtant à la vendange. Car, si, selon leur philosophie, on ne peut pas faire des vins naturels sans raisins produits selon les règles de l´agriculture biologique, avec des raisins bios, on peut faire du vin industriel. " Pour les vins dits bio et certifiés comme tel, seuls les raisins sont biologiques, pas le vin. Il y a bien une charte de vinification biologique qui est en cours d´élaboration. Mais pour nous, qui allons plus loin que cette charte, cela n´est pas suffisant ", souligne Valérye Mordelet du domaine des Loges de la Folie à Montlouis.
Ces irréductibles, du moins certains, se sont fédérés pour créer fin 2005, l´AVN (Association des vins naturels). " L´objectif premier de cette association est d´expliquer et de défendre notre démarche auprès des consommateurs et des professionnels, notamment les cavistes ", explique Thierry Puzelat, frère de Jean-Marie et secrétaire de l´association et vigneron en Touraine (Clos du Tue Boeuf). L´association compte pour l´instant 55 adhérents, dont des vignerons et des marchands de vins. " La cooptation pour intégrer l´association est de mise. Chacun doit dire ce qu´il fait et faire ce qu´il dit. Il n´y a pas de traçabilité. C´est un engagement de la personne qui est demandé ", indique Carole Yahmi, animatrice de l´AVN. Pour en faire partie, il faut donc travailler la vigne sans intrants chimiques, (la certification biologique n´est pas obligatoire), vendanger à la main pour préserver les populations de levures, n´accepter que des fermentations spontanées avec un éventuel recours avec des pieds de cuve et une tolérance pour le soufre à la mise en bouteille. " L´AVN propose également de l´appui technique aux vignerons qui veulent se lancer dans les vins naturels. Sachant que ces vins sont à la mode, certains ont voulu en faire sans avoir de connaissance.
Ce qui donnait des vins avec de fortes déviations aromatiques et qui nous desservaient. L´AVN est là pour les aider mais aussi pour protéger le vin naturel ", souligne Thierry Puzelat. L´association a également en projet de lancer un salon pour ses adhérents cette année. En Touraine, a été créée une " antenne locale " de l´AVN baptisée " les vins du coin ". " Celle-ci a pour objectif de défendre les intérêts de la viticulture locale qui est aujourd´hui en crise et alors que des vignes disparaissent ", poursuit Thierry Puzelat. " Nous y accueillons des vignerons qui font seulement des essais de vins naturels. Notre objectif est de leur proposer une alternative, une autre façon de travailler. Nous aidons aussi quelques vignerons coopérateurs à faire un peu de vin naturel chez eux. Cette association organise maintenant chaque année depuis deux ans le Salon des vins du coin, afin de faire connaître localement nos produits. " L´association cherche aussi à se faire connaître des sommeliers et assure dans le cadre de la licence professionnelle de sommelier un cours sur les vins naturels à l´Université de Suze-la-Rousse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui