Réussir vigne 02 mai 2003 à 11h13 |

Viticulture - Les pinces à lier électroniques ont des atouts mais aussi quelques limites...

Fiabilité pour la Pellenc AP 25, rapidité pour la Biofix Pro 3000 et légèreté pour l´Electrocoup F 3002. Mais aucune d´elle ne cumule en même temps ces trois qualités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Trois modèles de pinces à lier électroniques existent. Aucune aujourd´hui n´apparaît conjuguer les trois qualités que sont la fiabilité, la rapidité et la légèreté. La Pellenc AP 25 fut la première à être mise sur le marché en 1995, la Biofix Pro 3000 et l´Electrocoup F 3002 sont venues depuis renforcer la gamme. Pour les comparer, le GDV (Groupement de Développement Viticole) de la Marne les a testé en 2002. Premier constat : « la Biofix Pro 3000 souffre de gros problèmes de fiabilité, nous n´avons pas réussi à travailler plus de deux heures avec », indique Christophe Poidevin du GDV. Sa conception se rapproche de la Pellenc mais s´en différencie notamment par une gaine qui protège le fil « ce qui permet de travailler par temps de pluie car il n´y a pas de bourrage. De plus, explique le technicien, on ne doit pas tirer pour avoir la longueur de fil nécessaire car l´entraînement est automatique. Aussi, lorsqu´elle fonctionne, c´est une pince rapide et très confortable. » La société Matussière-Forest, conceptrice du Biofix Pro 3000, précise que c´est un produit « qui a été totalement modifié depuis. Il est aujourd´hui fiable et vient d´être commercialisé. »

Côté fiabilité, la Pellenc est apparue lors des essais plus performante. « Elle est de bonne fiabilité et facile à prendre en main. C´est de plus un outil confortable », indique Christophe Poidevin. « Le liage obtenu est de qualité avec un bon serrage ». Quatre niveaux de serrage différents existent ici. Cependant, la pince Pellenc AP 25 souffre de quelques défauts : « c´est une pince encombrante qui présente l´inconvénient de bourrer par temps de pluie si on utilise un fil papier. Il faut ,en outre tirer en permanence sur le fil sinon la pince bourre, ce qui entraîne une perte de temps ». Pellenc précise à ce titre travailler pour améliorer le système mais explique que « la gaine entraîne des frottements qui diminuent l´autonomie de l´outil ». Il n´existe donc pas encore chez Pellenc une pince qui serait équipée d´une gaine et qui éviterait de tirer sur le fil.
©GDV Marne

Pellenc et Biofix : une conception très proche
Lors des essais, l´Electrocoup F 3002 s´est, comme la Pellenc, montrée fiable. « On peut travailler une journée avec sans problème », précise C. Poidevin. L´Electrocoup est une pince de conception totalement différente par rapport à ses concurrentes : l´opération de liage s´effectue ici en deux temps. « Ce qui entraîne un temps d´adaptation plus important et une vitesse de travail plus lente. L´utilisation se fait ici à deux mains », souligne Christophe Poidevin. « Il est incontestable que l´Electrocoup demande un temps d´adaptation, il faut une grosse journée de travail pour s´acclimater. Mais ensuite c´est une pince rapide. Comme pour les autres, le liage s´effectue en trois temps même si ce n´est pas dans le même ordre : ici on enfonce la pince, on la ressort et on donne l´impulsion », explique-t-on chez Infaco, concepteur de l´Electrocoup. Pour le GDV, l´Electrocoup bénéficie de certains atouts. « C´est une pince très légère. La bobine est derrière la pince et non dans le dos, l´encombrement est de ce fait limité. La qualité de serrage est bonne, elle est déterminée par l´utilisateur : ici, la longueur du lien (qui est uniquement en fer) est ajustable », indique C. Poidevin.

De façon générale, pour le GDV, les pinces Pellenc AP 25 et Biofix Pro 3000 apportent un confort supplémentaire par rapport au manuel : « le travail est moins fatiguant, on a une plus grande liberté de mouvement. » La Biofix Pro 3000, pour convaincre devra toutefois prouver sa fiabilité... Xavier Muller précise que les pinces électroniques pour être compétitives doivent bénéficier d´une fiabilité absolue. « S´il faut tirer sur le fil, débourrer ou réparer la pince dans les vignes, on perd tout le temps qui a été gagné. »
©J. Huchette

©GDV Marne

Réagissez à cet article

Attention, les messages sont limités à 1000 caractères.

Caractères restants :

*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement dans les commentaires.

Recopiez le code :

Code de sécurité anti spam

Batteries 73 | 27 mars 2008 à 18:29:19

Au sujet du BIOFIX PRO3000, nous souhaiterions connaitre un des distributeur r?gionnal sur le Rhones-Alpes. Merci.

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question