Réussir vigne 27 novembre 2017 à 08h00 | Par La rédaction

Xylella fastidiosa, soyez vigilants

La sous-espèce de la Xylella fastidiosa responsable de la maladie de Pierce sur vigne a été détectée cet été en Europe. Une grande vigilance est de mise pour éviter toute contamination en France.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La présence de la bactérie Xylella fastidiosa fastidiosa sur vigne provoque la maladie de Pierce.
La présence de la bactérie Xylella fastidiosa fastidiosa sur vigne provoque la maladie de Pierce. - © Ephytia/Inra

On le craignait, c'est arrivé. Ce mois de juin, la Xylella fastidiosa fastidiosa a été pour la première fois détectée en Europe, et plus précisément à Majorque, sur un cep de table d'une vingtaine d'années, destiné à l'autoconsommation. Ce plant avait été obtenu à partir d'un greffon de moscatel.

Pour mémoire, la Xylella fastidiosa fastidiosa provoque la maladie de Pierce sur vigne, qui conduit à la mort plus ou moins rapide des ceps, selon leur âge et leur sensibilité (voir tableau). « C'est une maladie vectorielle, comprenant un nombre de vecteurs potentiels très important, indique Jérôme Jullien, expert référent national en surveillance biologique du territoire au sein du ministère de l'Agriculture. Citons les cercopes, les cicadelles, les aphrophores et les cigales. Ce sont des insectes piqueurs suceurs de xylem, qui provoquent des nécroses et une rupture dans l'alimentation en sève du végétal. » On assiste alors à un brunissement de l'apex et du limbe, ou du pourtour des feuilles, à des problèmes d'aoûtement des sarments, et à une diminution de la croissance allant jusqu'à la mort survenant de deux à trois ans après infection pour les cépages les plus sensibles, à plus de cinq ans pour les plus résistants.

Le Philaenus spumarieux L., ou cercope des prés, est l'un des vecteurs de la Xylella fastidiosa.
Le Philaenus spumarieux L., ou cercope des prés, est l'un des vecteurs de la Xylella fastidiosa. - © Ephytia/Inra

De nombreuses inspections en cours en 2017

Pour l'heure, l'origine de la contamination ibérique (matériel végétal ou vecteur) est encore inconnue, le laboratoire de l'Anses d'Angers procédant toujours aux analyses moléculaires. Il est donc difficile d'estimer les probabilités de voir débarquer la bactérie dans l'Hexagone. Mais « vu comme les insectes vecteurs sont omniprésents, on peut penser que si la maladie arrivait, elle pourrait prendre facilement de l'importance », alerte l'expert. Pour pallier toute éventualité, la France a donc mis en place une surveillance programmée officielle début 2017, comprenant des inspections ciblées chez les revendeurs, producteurs et en parcelles cultivées. L'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes ainsi que le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées comprennent au total cinquante parcelles à surveiller. De plus, les inspecteurs de FranceAgriMer, de la Fredon et du Sral sont chargés de détecter la maladie en même temps que la flavescence dorée, des inspections sont menées dans le cadre de la délivrance du passeport phytosanitaire européen et les points d'entrée communautaire sont sous haute vigilance.

100 % des vignes mères de greffons inspectées en 2017

Par ailleurs, un Plan national d'intervention sanitaire d'urgence a été publié le 6 janvier 2017, afin « de préparer au mieux chaque région à la mise en place de mesures de lutte dans les cas d'une suspicion ou d'une confirmation de foyer », assure Jérôme Jullien. Les zones les plus concernées par une possible contamination sont logiquement celles du pourtour méditerranéen et la Corse.

Parallèlement à cela, les autorités sanitaires recommandent d'être vigilants lors des achats de plants étrangers. Car, comme le rappelle David Amblevert, président de la Fédération française des pépiniéristes, en 2016, la France a importé 25 millions de plants de vigne, sur un marché national d'environ 120 millions. Or les normes sanitaires étrangères, et les inspections, ne sont pas toujours au même niveau que les nôtres. Au printemps, la Fédération a donc demandé à FranceAgriMer de renforcer les contrôles sur le matériel importé. « Mais même si nous sommes entendus, les pouvoirs publics ayant de moins en moins d'argent, ils se retrouvent dans une incapacité d'action », déplore David Amblevert. La pépinière se concentre donc sur sa production intérieure. « Cette année, en France, 100 % des vignes mères de greffons seront prospectées contre la flavescence dorée, indique le président. En même temps, on vérifie l'absence de la Xylella ou d'autres ravageurs. » Le matériel sanitaire français est donc censé être indemne. Et tant mieux. Car si la vigne venait à être infectée, il faudrait « l'arracher, l'incinérer sur place et appliquer un traitement insecticide sur toute la zone, avec les mêmes produits que ceux destinés à éradiquer la cicadelle de la flavescence dorée », décrit Jérôme Jullien. Un sombre tableau qui rappelle tristement celui du phylloxéra...

- © Infographie Réussir
Popillia japonica au stade larvaire.
Popillia japonica au stade larvaire. - © DGAL

Attention au scarabée japonais

Malheureusement, la Xylella fastidiosa n'est pas la seule menace planant sur les vignobles ; la pression sanitaire est particulièrement prégnante. Le dernier nuisible viticole sous surveillance se nomme Popillia japonica. Ce scarabée japonais, présent en Lombardie et dans le Piémont en Italie depuis 2014, mais dont l'éradication vient d'être reconnue comme impossible, inquiète les autorités sanitaires. Elles recommandent donc d'être plus que jamais vigilant lors des commandes de matériel végétal en provenance de ces zones. « Les principaux risques d'infestation concernent les pépinières viticoles et les jeunes plantations », pointe Jérôme Jullien. Il faut donc vérifier que les racines et la terre soient exemptes de larves lors de tout achat. Les morsures larvaires de printemps au niveau du chevelu racinaire peuvent en effet provoquer une rupture dans l'alimentation du végétal, et donc entraîner la mort du pied. En revanche, les morsures foliaires estivales des adultes sont moins dommageables et plus facilement repérables.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui