Réussir vigne 02 janvier 2002 à 11h16 | Par Claudine Galbrun

Viticulture - Le CIVC mène l´enquête sur la viticulture raisonnée

Le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne a lancé une enquête auprès de tous les viticulteurs de l´AOC champagne afin de mesurer l´impact de la démarche viticulture raisonnée, lancée dans le vignoble en début d´année.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´objectif de la Champagne est clair et ambitieux : entraîner les 15 000 vignerons de l´appellation dans la démarche de viticulture raisonnée. Une démarche qui pour l´instant, ne peut être basée que sur le volontariat.
Chaque vigneron s´est vu remettre en début d´année, un référentiel technique, un document destiné à réaliser un auto-diagnostic de l´exploitation et ainsi établir un plan de progrès, et enfin un guide pratique proposant des solutions concrètes.
« Pendant l´été, nous avons interrogé les viticulteurs afin de connaître leur opinion sur cette démarche, de dresser un état des lieux et de cerner les points à améliorer », indique Arnaud Descottes du Comité interprofessionnel du vin de champagne (CIVC). Au vu des premiers résultats, la prise de conscience des enjeux de l´agriculture raisonnée est réelle. « Très massivement, les viticulteurs ont lu les documents mais une minorité, soit 5 %, ont réalisé un auto-diagnostic complet et établi leur marge de progrès. Toutefois, les deux tiers de ceux qui n´ont rien fait ont indiqué vouloir engager la démarche après les vendanges », souligne Arnaud Descottes.
Un accompagnement technique
Et d´ajouter : « L´ensemble des viticulteurs souhaitent une démarche progressive et demandent des mesures d´accompagnement techniques complémentaires ».
Cette enquête met en exergue les principales faiblesses du vignoble : gestion et utilisation des produits phytosanitaires, gestion des déchets, formation, information et mise en ouvre d´une démarche de progrès. « Sur ce dernier point, les vignerons semblent réticents à enregistrer leurs pratiques, à faire de manière régulière un auto-diagnostic. Cela suppose, il est vrai, une certaine révolution culturelle. »
Mais cette enquête a aussi le mérite de poser question aux professionnels : comment organiser le conseil technique et le développer ? Comment organiser la maîtrise d´ouvrage et celle d´ouvre ? Comment encourager la traçabilité des pratiques ? Quelle sera la crédibilité de la démarche ? Faut-il qualifier les exploitations ou intégrer le dispositif dans le décret de l´AOC ?
Autant de réponses qu´il faudra apporter et mettre en ouvre. Tout le monde le sait : le plus dur, c´est le passage à l´acte.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui