Réussir vigne 25 août 2004 à 11h55 | Par Claudine Galbrun

Viticulture - L´irrigation pourrait être autorisée

Un projet de décret visant à autoriser l´irrigation des vignes est actuellement à l´étude. De quoi peut-être enfin sortir de l´ambiguïté législative qui entoure ce dispositif.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Cela fait bientôt quarante ans que cela dure. L´irrigation est interdite mais il n´empêche, selon l´Onivins, qu´entre 30 000 et 40 000 hectares seraient irrigués chaque année. Une paille ! Il faut dire que la législation, très complexe, qui est censée régir ce dispositif n´a jamais pu être appliquée sur le terrain. Un régime dérogatoire pouvait normalement se substituer au principe général de l´interdit sur avis du préfet de département et sur la base de périmètres définis. Sauf que les périmètres en question n´ont jamais été délimités. Résultat : chacun fait, à peu près, ce qu´il veut. « Même les services de contrôles ont baissé les bras », indique l´Onivins. Tout le monde aujourd´hui est d´accord pour dire qu´il est temps de réviser la réglementation. La canicule de l´été dernier ayant sans doute contribué quelque peu à précipiter les choses.

Selon l´Onivins, le texte législatif actuellement en discussion devrait miser sur une plus grande responsabilisation des opérateurs. Au lieu d´interdire l´irrigation sauf quand on l´autorise, principe de base actuel, on autoriserait l´irrigation jusqu´à une date donnée, incompressible pour toutes les régions et toutes les catégories de vins. Les syndicats de vin d´appellation ou de pays pourraient toutefois choisir de s´interdire complètement tout recours à l´irrigation. « A charge pour eux d´en assurer le contrôle », précise l´Onivins. Mais l´Inao doit encore se prononcer sur ce point. Certains font d´ailleurs remarquer que cette question de l´irrigation pour les vins AOC rejoint, au moins en partie, l´actuel débat sur la segmentation de l´offre, l´interdiction d´irriguer en vins AOC pouvant être un élément de différenciation par rapport aux autres catégories de vins.

Le goutte-à-goutte privilégié
Le projet de décret doit également statuer sur les matériels utilisés. Il semblerait que les systèmes par aspersion seraient bannis et ceux par goutte-à-goutte privilégiés. Reste un autre problème à résoudre et qui transcende sans doute tous les autres : celui de la ressource en eau et de son accès. Le ministère de l´Agriculture est en charge de ce dossier. Mais d´aucuns estiment que la crise qui frappe actuellement la filière aurait freiné quelque peu la sortie de ce texte, l´autorisation d´irriguer risquant grandement d´augmenter les rendements.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui