Réussir vigne 08 novembre 2002 à 12h00 | Par Marine Le Gall

Viticulture italienne - La reconversion qualitative est en marche

Loin de l´image du Chianti industriel enrobé de paille folklorique
et de la production de masse, l´Italie viticole est en train de se faire
une place au soleil sur le marché des vins de qualité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Prenons une photographie de l´Italie viticole d´aujourd´hui. En caricaturant, on serait tenté de résumer ainsi : des «micro-exploitations» (830 000 exploitants pour 836 000 hectares de vignes, source Istat) qui, relayées par les caves coopératives (861 caves représentent la moitié de la production nationale) font un modeste vin de table (46 % de la production nationale). Derrière cette apparence, se cache une filière en pleine restructuration depuis déjà quelques décennies. L´amélioration qualitative alliée à une dynamique commerciale forte et à une bonne image du pays en font, selon une étude commandée par l´Onivins, le pays européen le plus agressif sur les marchés extérieurs. Comme le souligne Olivier Prothon, chef de la Mission Agricole du CFCE en Italie : «à l´instar des grands pays viticoles traditionnellement producteurs et consommateurs, la productivité fait place à la qualité». Le changement d´orientation du secteur vers une plus grande valorisation des produits est intervenu dès les années 60. «Dans les années 80, les vins de qualité ne représentaient que 15 % de la production et un peu moins de 20 % en 1995. Entre 1988 et 1999, ils ont connu une progression de 21 %.»
©D. R.

Le Sud, futur eldorado pour les vins de qualité
De 72 millions d´hectolitres au début des années 1980, la production est passée à moins de 51 millions d´hectolitres en 2001, selon l´OIV (Office international de la vigne et du vin). Selon la Commission européenne, ce sont plus de 126 000 hectares qui ont été arrachés dans toute la péninsule entre 1988 et 1997. Et ce n´est qu´un début ! Si la superficie actuelle est estimée à 908 000 hectares, le ministère de l´Agriculture italien prévoit une disparition du vignoble qui pourrait atteindre près de 400 000 hectares d´ici 10 à 20 ans* !« C´est au Nord et au Centre du pays que la reconversion qualitative de la filière vitivinicole est la plus visible,» indique Olivier Prothon. La Toscane en est l´exemple type. Cependant, les régions du Sud (Pouilles et Sicile plus particulièrement), anciennement tournées vers la production de vin de table commercialisé en vrac, font actuellement l´objet de profondes restructurations, souvent sous l´impulsion de grandes entreprises du nord ou d´investisseurs étrangers qui rachètent et modernisent de nombreux domaines.

« Ces leaders inaugurent la fin d´un déséquilibre de développement entre ces deux pôles. C´est dans ces régions méridionales, véritable Nouveau monde de l´ensemble viticole italien, que se trouve le plus grand potentiel de développement d´une viticulture de qualité. » L´atomisation de la filière ralentit quelque peu cette reconversion qualitative, que ce soit au niveau des structures de production (exploitations de 0,8 ha en moyenne, contre 7 ha en France et 20 ha pour les nouveaux pays producteurs tels que l´Australie) ou des entreprises d´aval. Les huit principaux acteurs commerciaux représentent 20,2 % de la production de vin de table, 10,6 % de DOC-DOCG et 57,5 % du Spumante selon la Mission économique de Rome. Des stratégies de marque toutefois commencent à émerger (comme Regaleali en Sicile). Selon Stefano Barzagli de la Regione Toscana, « l´ancrage historique et financier de grandes familles florentines (Antinori, Frescobaldi.) et de consortiums privés devrait favoriser l´apparition de stratégies de marques ».
©D. R.


*Suite à des arrachages sans communication, 150 000 hectares pourraient être perdus en droits de plantation. Et 250 000 ha, exploités par une population vieillissante, pourraient être abandonnés faute de successeurs !



--------------------------------------------------------------------------------------------
Ce sujet est celui du dossier de Réussir Vigne de Septembre/Octobre 2002. Les viticultures italienne et espagnole mettent le cap sur la qualité, commente la revue, et deviennent des concurrents sérieux. Gros plans sur les vins italiens à Indication géographique typique, sur les appelllations d´origine espagnoles ... 10 pages d´analyse et de témoignages de dirigeants d´entreprises qui ont le vent en poupe.
--------------------------------------------------------------------------------------------

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui