Réussir vigne 07 novembre 2006 à 16h54 | Par Sophie Caron

Vins allégés - Combler le surcoût de la désalcoolisation grâce à la vente de l´alcool

Le premier centre de prestation de désalcoolisation de l´Hérault, vient de s´implanter, au sein de la Société française de distillerie d´Olonzac. Pour son vice-président, Denis Carrettier, les viticulteurs ne doivent pas se priver d´un outil qui leur apportera un complément de gamme intéressant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les produits désalcoolisés peuvent-il être une solution à la crise actuelle ?
Ne nous leurrons pas, ce n´est pas en désalcoolisant nos vins que nous allons sortir la viticulture de la crise dans laquelle elle est ! Ces produits peuvent toutefois devenir un complément de gamme intéressant dans la mesure ou le viticulteur se donne les moyens de mettre en place une approche clientèle spécifique. Il existe un engouement et de la curiosité pour les vins faiblement alcoolisés, mais nous n´avons pas un dimensionnement précis de ce marché. Ce n´est qu´une tendance. L´étude(1) de marché que nous venons de lancer nous donnera plus de précisions.
Vous avez testé la désalcoolisation au sein de votre coopérative. Qu´en avez vous pensé ?
A la Cave coopérative des Celliers d´Onairac, nous avons désalcoolisé 400 hl pour tester les produits et le marché. Les échantillons, présentés à un panel de consommateurs, ont beaucoup plu. Nous avons récemment fait déguster ces vins à deux metteurs en marché qui ont immédiatement déclaré qu´ils étaient prêts à nous référencer dans leurs magasins. Mais il n´est pas question de se lancer de suite dans de gros volumes. Nous désalcooliserons à la demande.
Denis Carrettier est vice-président de la distillerie d´Olonzac, président des Celliers d´Onairac et président du service vin de la chambre d´agriculture de l´Hérault. ©D. R.

Comment le viticulteur va-t-il pouvoir répercuter le surcoût lié à la désalcoolisation ?
La vente de l´alcool extrait lors du process devrait couvrir totalement, ou en grande partie, le coût de la désalcoolisation. Les distilleries, qui ont l´habitude de gérer l´alcool, sont donc les plus à mêmes d´accueillir les centres de désalcoolisation. Le premier centre de l´Hérault vient d´ailleurs de s´implanter ici même, au sein de la Société Française de Distillerie d´Olonzac. Équipé d´un osmoseur et d´une colonne de distillation à froid, il permettra de répondre aux besoins des viticulteurs désireux de tester cette technique sur de petits volumes. Pour éviter les coûts de transport prohibitifs, il est indispensable que les unités de désalcoolisation s´implantent au coeur des bassins de production.
Jusqu´où faut-il aller en termes de degré alcoolique ?
Notre objectif est de descendre le taux d´alcool de nos vins de quelques degrés pour répondre à une demande de vins moins alcoolisés, plus digestes. D´un point de vue législatif mais aussi gustatif, nous ne voulons pas descendre en dessous de 9º. En deçà, nous ne sommes plus sur le marché du vin. La vente de produits à 7 ou 6º, voire moins, implique une approche clientèle différente avec des moyens marketing importants. Cela dit, il ne faut pas se mettre de barrières, tous les moyens permettant d´amener les jeunes au vin sont bons !
(1) Une enquête consommateur et distributeur vient de débuter dans le cadre du programme " Vin de qualité volontairement faible en alcool " géré par un Comité de Pilotage composé d´intervenants de Inra, ITV, ICV, C.A. de l´Aude et de l´Hérault, FHVDP, VDP d´Oc.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui