Réussir vigne 21 mai 2003 à 13h41 | Par Catherine Bioteau

Vinification - Le turpopigeur se mesure au pigeur

L´ITV a comparé les efficacités respectives du turbopigeur et d´un pigeur automate. Les deux appareils peuvent donner les mêmes résultats.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le turbopigeur donne des résultats identiques à ceux d´un pigeur automate à vérin hydraulique, selon un essai mené à la coopérative de Peyriac de Mer (Aude). Sur deux millésimes, 2001 et 2002, l´ITV a comparé les deux appareils sur des lots homogènes de vin dans des cuves de 340 hl. Deux cuves étaient pigées, deux autres « turbopigées » une fois par jour en début et fin de fermentation et deux fois en pleine fermentation. Le pigeur, constitué d´un disque de 80 cm de diamètre pigeait à chaque fois le chapeau en neuf point. Le turbopigeur tournait 30 minutes de façon à remonter l´équivalent du volume de la cuve. « Dans ces conditions, on a obtenu à peu près la même extraction dans les deux cuves. Les vins du millésime 2001 n´ont pas été différenciés en dégustation triangulaire », indique Denis Caboulet de l´ITV.

« Le pigeur émiette complètement le chapeau alors que le turbopigeur noie le chapeau et le lessive sans le casser, mais les résultats sont comparables », confirme l´oenologue de la cave, Luc Mazot, qui se déclare satisfait des deux systèmes. A noter que le turbopigeur peut être équipé d´un coude qui casse désormais véritablement le chapeau. « L´automate marche tout seul. Il se déplace et peut être programmé pour piger plusieurs cuves sans intervenir. Le turbopigeur, même s´il est léger et facile à utiliser, doit être déplacé. Mais ce n´est pas du tout le même investissement. Le turbopigeur est nettement moins onéreux. Le pigeur coûte 45 000 euros et il a fallu découper le haut des cuves. On ne peut pas en mettre partout. » Les deux systèmes ont donc trouvé leur place dans la cave.

Le turbopigeur réalise l´équivalent du remontage en 3 minutes dans une cuve de 200 hl. Il arrose le chapeau et le déstructure (sans le détruire) par l´action de son coude orientable et rotatif, « comme le fait le délestage ou le pigeage, environ 8 minutes dans une cuve de 200 hl », estime Jo Ferrandez de la société Socma. Il pige les petites cuves et les grands contenants. Il oxygène le vin par la mise en place d´un injecteur de gaz et bâtonne parfaitement les cuves de vin blanc, rosé et rouge. Il homogénéise, colle ou assemble les contenus des cuves de toutes dimensions.
Enfin, il facilite le coulage des rouges, par simple mise en place d´un tube à l´extrémité du plongeur.
Selon son concepteur, le turbopigeur n´use d´aucune brutalité, grâce à son hélicoïde aux formes étudiées pour ne pas blesser la matière en suspension, à son moteur conçu pour cette application et à un dispositif de sécurité qui stoppe l´appareil si trop de pellicules sont collées à l´hélicoïde.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui