Réussir vigne 22 septembre 2014 à 08h00 | Par Marie-Noëlle Charles

Une coop propose la prestation de service en vinification

En Gironde, la cave de Sauveterre–Blasimon propose à ses adhérents la mise à disposition de leur vin, un service qui cherche à séduire pour recruter de nouveaux adhérents

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La cave de Sauveterre-Blasimon propose de mettre à disposition les vins qu’elle vinifie à ses adhérents. Cette reprise peut se faire sous un nom de marque de la cave ou sous un nom de château.
La cave de Sauveterre-Blasimon propose de mettre à disposition les vins qu’elle vinifie à ses adhérents. Cette reprise peut se faire sous un nom de marque de la cave ou sous un nom de château. - © DR

Imaginons un viticulteur en chai particulier qui vinifie son vin rouge et le vend sous son nom de château, tout en livrant ses raisins blancs à la coopérative. Avec la nouvelle mesure proposée, ce même viticulteur peut désormais élargir sa gamme en retirant tout ou partie de ses cuvées de vin blanc ou de crémant. “ Cette mesure n’est pas une prestation mais bien un service rendu à nos adhérents, précise Céline Wlostowicer, présidente de la cave. Notre but n’est pas ici de faire de la marge ni de transformer nos coopérateurs en commerciaux. Et surtout, la stratégie commerciale de la cave reste basée à plus de 75 % par les débouchés assurés via le négoce. ” À travers ce service, la cave compte favoriser l’arrivée de nouveaux adhérents, notamment des viticulteurs indépendants qui peuvent ainsi conserver leur activité commerciale sur tout ou une partie de leur production.



Achat de la vendange au prix du marché


Dans les faits, la reprise des vins par les coopérateurs peut se faire sous un nom de marque de la cave ou sous un nom de château. L’achat se fait au prix du marché et des tarifs avantageux sont proposés pour la mise et les matières sèches. Autre point important : cette activité reste totalement séparée du système de versement d’acomptes lié à l’apport de raisin à la cave. Ce service existe depuis deux ans et concerne, à ce jour, une petite dizaine d’adhérents dont la production est vinifiée en intégralité par la cave avant reprise sous leurs noms de châteaux. La mesure peut aussi intéresser un vigneron coopérateur qui se lancerait dans un projet œnotouristique et pourrait ainsi vendre quelques bouteilles à ses futurs clients en visite sur son exploitation. Plus largement, cette mesure fait partie d’un panel de nouvelles dispositions destinées à encourager l’arrivée de nouveaux adhérents mais aussi à consolider des adhésions déjà existantes, voire à stimuler des installations. Et parmi les autres mesures phares, la cave propose la constitution de VCI (volumes complémentaires individuels) ou encore une facilité de trésorerie avec un règlement de récolte par avance sans intérêts pour les trois premières années après l’adhésion.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui