Réussir vigne 31 mars 2016 à 08h00 | Par Clara de Nadaillac
Votre recherche : salon-international-de-l-agriculture-tommily-du-tombuy-grande-championne-prim-holstein (0 fois)

Un concept de bioprotection pour limiter le SO2

LB Natural est un concept de brumisation de bioprotection dès la vendange. L’objectif est d’éviter tout sulfitage sur la vendange, voire même sur le vin. Ses premiers utilisateurs sont optimistes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le LB Natural est un concept de brumisation de bioprotection dès l’arrivée de la récolte sur la machine à vendanger.
Le LB Natural est un concept de brumisation de bioprotection dès l’arrivée de la récolte sur la machine à vendanger. - © C. de Nadaillac

La bioprotection semble faire des émules. Après le laboratoire Immélé (avec Primaflora), c’est à présent au tour de l’entreprise LVVD, en partenariat avec l’IFV, Terrena, l’ESA d’Angers et le concessionnaire MGAV, de se lancer sur ce créneau. Cette entreprise propose en effet le LB Natural, un concept de brumisation de bioprotection dès l’arrivée de la récolte sur la machine à vendanger. Le but est que les levures de la solution colonisent l’espace et empêchent toute oxydation des baies. Il n’est ainsi plus besoin de sulfiter à cette étape. Ce concept a été récompensé d’une médaille d’argent au concours Sival Innovation, et s’appuie sur deux brevets : l’un pour le mécanisme de brumisation en lui-même, l’autre pour la solution de bioprotection injectée.

Le kit d’injection est composé d’une cuve de 120 litres, d’un débit-litre calé sur la vitesse d’avancement et asservi aux batteurs, de buses délivrant 35 à 55 litres par hectare et d’un boîtier de commande à installer en cabine. Il s’adapte sur tous les types de machines à vendanger du commerce, et vaut moins de 10 000 euros. Outre la solution de bioprotection, il peut fonctionner avec les autres levures de bioprotection du marché, des sulfites, un mélange de tanins et acide ascorbique ou encore avec des enzymes. Le levain, quant à lui, relève d’une formulation encore confidentielle (contenant néanmoins des S. cerevisiae), mise au point par l’IFV. Il est adapté à tout type de production, rouge, blanc ou rosé.

Des vins différents au niveau gustatif

Les vignerons ayant testé l’ensemble lors des dernières vendanges sont tous enthousiastes, même s’ils ne comptent pas passer à une bioprotection intégrale l’an prochain. Ils souhaitent poursuivre leurs essais. C’est le cas de Claude Michel Pichon, vigneron à Vallet, en Loire Atlantique. Il a expérimenté le LB Natural l’an dernier sur 2,5 hectares de melon de Bourgogne, soit 82 hectos, sans aucun problème mécanique. « La solution est très bien passée dans les buses et il n’y avait aucun réglage à faire ; MGAV s’est chargé de tout, témoigne-t-il. La récolte était très belle et derrière, la cuve bioprotégée a eu une cinétique de fermentation phénoménale, contrairement à la cuve témoin sulfitée, qui elle, a eu du mal à fermenter. » Une différence de comportement non constatée par Nicolas Bouleau, du domaine de Terrebrune, à Notre-Dame d’Allençon, dans le Maine-et-Loire. Ce vigneron a testé la solution sur deux hectares de cabernet franc, et n’a constaté aucune différence entre le témoin et la cuve bioprotégée. « Je n’ai rien changé à mon mode de vinification, confie-t-il. Les deux lots ont eu des cinétiques similaires. En revanche, il y a des différences gustatives entre les deux vins, avec davantage de fruit sur la cuvée non sulfitée. Mais aucune déviation ou altération. » Claude Michel Pichon n’a quant à lui pas réalisé de dégustation comparative, le vin bioprotégé étant encore trouble. Mais il lui semble déjà qu’il est plus charnu et étoffé, avec davantage de gras que le témoin. Même s’ils semblent convaincus, ces deux vignerons comptent toutefois réitérer leurs essais l’an prochain, afin de voir si « l’essai est transformé », car « la vérité de cette année ne sera pas forcément celle de l’année prochaine ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui