Réussir vigne 24 décembre 2004 à 18h23 | Par Steven Le Quellenec

Transport des marcs - En Champagne, la benne Bennéco filtre et récupère les jus

Réduire la pollution à la source est l´objectif de Bennéco, un prototype de benne écologique qui filtre le marc et évite le déversement des jus sur les routes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Conduire sur des routes sales et glissantes est le lot de tous les Champenois durant les vendanges. Le transport de marc des pressoirs jusqu´aux distilleries induit en effet des risques d´accident et une pollution conséquente sur les routes et incidemment dans les cours d´eau. Autant de préoccupations qui ont conduit Alain Perchat, chef d´exploitation, à déposer le brevet de Bennéco, une benne en inox capable de filtrer le marc et de récupérer les jus. Pour simplifier, il s´agit d´un double fond fixé dans la benne qui filtre (diamètre : 5 mm) par gravité le marc déposé. Lors d´un trajet d´une dizaine de kilomètres effectué par un camion de 28 m3 contenant 16 t de marc, environ 400 l de jus peuvent être recueillis. Didier Billat de la société Secmi, conceptrice du prototype testé cette année lors des vendanges, insiste également sur l´aspect sécurité de cette innovation : « lors de l´ouverture des portes à la distillerie, le chauffeur évite de se faire arroser car très peu de jus s´écoule alors du marc ».
Cette benne filtre le marc, évite les pollutions excessives et assure une plus grande sécurité pour les opérateurs lors du déchargement. ©S. Le Quellenec

A noter qu´un système de clapets anti-retour permet également d´éviter l´écoulement du jus en cas de renversement du camion. Un autre objectif est de n´effectuer aucun lavage durant les vendanges : les grilles du filtre sont alors fixées de manière à entrer en vibration lors des voyages à vide assurant un autonettoyage.
Les premières journées de test réalisées par le transporteur Cautel se sont révélées plutôt concluantes, confirmant la bonne étanchéité du système. Ces tests doivent également servir à calculer le volume optimal du réservoir. « L´année prochaine, des bennes seront testées dès les pressoirs afin de limiter réellement à la source les pollutions dues aux jus d´aignes, indique Alain Perchat. Et d´autres applications sont à prévoir, notamment dans la gestion de déchets semi-liquides ». L´ensemble des partenaires attend surtout une législation plus stricte sur « le transport des marcs qui nuit à l´image de marque de la Champagne ». Une question se pose néanmoins : quel est l´intérêt pour une distillerie ou un autre industriel, de récupérer ces jus frais filtrés ?

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui