Réussir vigne 19 janvier 2017 à 08h00 | Par Clara de Nadaillac

Sus au grossissement du logo femme enceinte !

Les responsables professionnels viticoles sont vent debout suite à l'annonce du grossissement du logo femme enceinte. Ils œuvrent pour obtenir un statut quo sur le sujet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Comité inter-ministériel Handicap a pris la décision d'augmenter la taille du pictogramme « femme enceinte » présent sur les étiquettes de boissons alcoolisées, de le barrer d'un trait rouge, et de l'accompagner d'un message sanitaire. Même si l'idée de message sanitaire a été mise de côté, la filière ne décolère pas.
Le Comité inter-ministériel Handicap a pris la décision d'augmenter la taille du pictogramme « femme enceinte » présent sur les étiquettes de boissons alcoolisées, de le barrer d'un trait rouge, et de l'accompagner d'un message sanitaire. Même si l'idée de message sanitaire a été mise de côté, la filière ne décolère pas. - © X. Delbecque

Coup de théâtre. Le 2 décembre 2016, et sans aucune consultation de la filière viti-vinicole, le Comité inter-ministériel Handicap a pris la décision d'augmenter la taille du pictogramme « femme enceinte » présent sur les étiquettes de boissons alcoolisées, de le barrer d'un trait rouge, et de l'accompagner d'un message sanitaire. Avec une entrée en vigueur... fin janvier 2017 !

On s'en souvient, l'apposition de ce logo, ou de la phrase d'information « La consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l'enfant » avait été imposée par un arrêté ministériel le 2 octobre 2006. Mais sa taille, tout comme sa couleur, avaient jusqu'à présent étés laissés au libre arbitre des opérateurs. La seule obligation résidait dans sa proximité avec le titre alcoométrique volumique acquis.

Abandon du message sanitaire

Si ce projet devenait réalité, cela serait chose révolue. Tout serait règlementé. « On entend notamment parler d'un logo de 10 mm de diamètre », confie un observateur. Quelques semaines plus tard, et après intervention des responsables professionnels, les choses ont un peu évolué. L'idée de message sanitaire aurait été mise de côté. Et un groupe de travail, réunissant les ministères de l'Agriculture, de la Santé et de l'Économie, chargé de plancher sur les modalités concrètes de mise en œuvre aurait été constitué.

Malgré cela, la filière ne décolère pas, comme l'a fait savoir la Fédération des Grands Vins de Bordeaux ce 20 janvier. Elle milite pour un abandon pur et simple du projet, celui-ci n'étant pas, selon elle, en mesure de répondre à l'enjeu de santé publique. « Vin & Société préconise une abstention totale de consommation d'alcool pendant toute la durée de la grossesse. Ce message est largement relayé sur le site internet de Vin & Société (...) et à travers notre campagne d'information. (...) Toutefois, la filière viticole estime que le grossissement d'un logo existant n'est pas la réponse adéquate », argumentent Vin & Société et la Cnaoc, dans un courrier adressé aux élus. Et de poursuivre : « Support marketing avant tout, l'étiquette n'a pas vocation à apporter des indications médicales détaillées, quel que soit le produit considéré. » Les responsables professionnels en profitent d'ailleurs pour rappeler que l'étiquette des bouteilles comprend déjà huit mentions obligatoires. Le mieux étant l'ennemi du bien, surcharger ce support ne procurera pas davantage de visibilité au message sanitaire. Par ailleurs, les professionnels renvoient les pouvoirs publics dans leurs cordes en arguant du fait que « l'OCDE a rappelé en novembre 2016 que les dépenses de prévention étaient insuffisantes dans tous les pays membres et en particulier en France. » CQFD. Mais encore faut-il pour cela que le ministère de la Santé lâche prise. Ce qui est loin d'être gagné. À moins que le sujet ne traîne jusqu'aux prochaines présidentielles...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui