Réussir vigne 03 novembre 2014 à 08h00 | Par Ludovic Vimond

Sept sécateurs électriques à l’essai dans les vignes bordelaises

La chambre d’agriculture de Gironde a fait essayer les principaux sécateurs électriques du marché. Les dix tailleurs ont préféré le Felco 80l et l’Infaco F3010. En revanche, ils ont moins apprécié le Bacchus d’Automax.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
ARS EP 700. © ARS Automax Bacchus © Le Bacchus Arvipo PS 60 © Arvipo Felco 801 © Felco Infaco F 3010 © Infaco Pellenc Lixion Evolution © Pellenc Zanon Tiger ZT40 © Zanon

À l’initiative de Loïc Pasdois, conseiller agroéquipement à la chambre d’agriculture de Gironde, sept sécateurs électriques ont été testés l’hiver dernier par un panel de dix tailleurs, sur trois communes différentes de la région bordelaise et sur trois cépages (merlot, cabernet sauvignon et sauvignon blanc). Chaque tailleur exprimait son ressenti à l’usage (confort, prise en main, entretien…) à l’issue de chaque journée d’essai, en remplissant un questionnaire pré- établi. Le résultat est compilé dans le tableau présenté ci- contre. Une partie “ laboratoire ”, incluant la taille de manches à balai en pin de diamètre 20, 24 et 28 mm, perpendiculairement et parallèlement au fil du bois, a permis de mettre en évidence des différences en termes de puissance de coupe. Si tous les sécateurs ont réussi les coupes de diamètre 20 mm, un sécateur, l’Automax, n’a pas réussi 100 % des coupes en diamètre 24 mm sans toutefois engendrer de coupe bloquante. En diamètre 28 mm, au minimum trois reprises ont été nécessaires pour les modèles des marques ARS, Arvipo, Automax et Felco.

- © Infographie Réussir

ARS EP 700

Utilisant une technologie proche de celle de Pellenc, le sécateur électrique du Japonais offre une bonne qualité de coupe. Si le gilet est assez confortable et propose de nombreux réglages, la position haute de la batterie et du boîtier électronique n’est pas adaptée pour se pencher et tailler par-dessus le rang de vigne. La gestion de la demi-ouverture à la gâchette demande un temps d’adaptation, mais s’avère utile à l’usage. En revanche, le graissage est assez fastidieux d’autant qu’aucun trousseau d’outils pour l’entretien n’est fourni. Solide, la valise de transport manque cependant de compartiment pour éviter que le sécateur ne s’y balade.

 

Automax Bacchus

Cette troisième génération de sécateur viticole s’est montrée moins adaptée aux travaux viticoles que les autres matériels testés. Le sécateur s’est mis rapidement en sécurité lors des coupes plus ou moins longues, s’est montré moins performant et plus lourd. De plus, le confort du portage n’est pas sa principale qualité. La temporisation de 1,5 seconde a été jugée trop longue par les essayeurs, un paramètre que le constructeur annonce pouvoir améliorer. Si la connectique de type push-pull est appréciée, l’absence de boulon graisseur l’est moins.

 

Arvipo PS 60

C’est le petit modèle de la gamme du constructeur catalan. Plus puissant, un modèle PS 100 (facturé 14 50 € HT) complète la gamme par le haut alimenté par une batterie lithium-ion (nickel hydrure métallique sur PS 60). Doté d’un revêtement anti-dérapant agréable, le PS 60 se distingue par sa tête de coupe sans entretien (pas de serrage ni graissage) si ce n’est l’affûtage de la lame. Cette dernière tend cependant à glisser sur les petits sarments. Le passage en mode demi-ouverture par maintien de la pression de la gâchette pose soucis dans les grosses coupes, cette fonction s’enclenchant alors automatiquement. Si le portage de la batterie propose plusieurs réglages, l’absence de bretelles matelassées dessert cet appareil.

 

Felco 801

Récent remplaçant du modèle 800, le 801 est annoncé 10 % plus léger et 40 % plus puissant. Compact et maniable, il propose trois demi-ouvertures (50, 60 et 70 % de l’ouverture maxi). Le gilet de portage est très agréable. Le boîtier fournit de nombreuses  informations, comme le nombre de coupes total et d’heures d’utilisation et des statistiques concernant les diamètres de coupes (S, M. et L). En revanche, le 801 pêche par sa faible ouverture maxi, l’absence d’un revêtement anti-dérapant et surtout par une autonomie limitée en conditions difficiles, ne permettant pas une journée complète de travail sans recharger : le rajout d’une batterie supplémentaire comble ce manque.

 

Infaco F 3010

Succédant au F 3005, ce sécateur propose à l’utilisateur de régler sa propre demi-ouverture, grâce à un interrupteur. L’opérateur peut choisir de passer d’un fonctionnement de la gâchette par impulsion à un mode proportionnel. Efficace aussi bien sur vieux bois qu’en ébourgeonnage, le F 3010 est fourni avec une clef dynamométrique permettant un serrage juste des lames. L’appareil a été livré avec le gant souple à revêtement métallique DSES qui, connecté au boîtier, bloque la coupe instantanément au contact de la maille. Ce système trouve ses limites en conditions très humides.

 

Pellenc Lixion Evolution

Le mouvement d’avant en arrière de la gâchette demande un certain temps d’adaptation, mais s’avère commode à l’usage. L’ouverture se définit simplement, limitant le déplacement de la gâchette. Après avoir démonté l’élément protecteur de la gâchette, le réglage du croisement de la lame et de la contre-lame s’effectue mécaniquement. Le gilet de portage de la batterie Ulib 200 s’est montré confortable, la batterie étant positionnée au niveau de la taille. Réversible, ce dernier limite la formation de faux plis. Quelques difficultés ont été rencontrées lors du stockage de l’équipement dans la valise de transport. Le câble pourrait être un peu plus long.

 

Zanon Tiger ZT40

De bonne facture, ce sécateur est efficace même dans les grosses coupes de cabernet sauvignon. Seule, la qualité d’ébourgeonnage n’est pas constante. La gestion de demi-ouverture est simple (pression sur la gâchette maintenue), mais n’est pas adaptée à toutes les situations (coupes difficiles). La connexion du câble d’alimentation au sécateur (pas de vis en plastique) n’est pas l’élément le plus rassurant. Bien que sommaire, le gilet de portage ne gêne aucunement le tailleur. Dévisser le bouchon obturant l’orifice du boulon graisseur n’est pas des plus pratique. La mise en route du sécateur pourrait être simplifiée. La batterie et son équipement sont réunis dans un seul boîtier muni d’un écran LCD, le tout fixé à la base du gilet.

 

Plus d’infos sur www.matevi-france.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui