Réussir vigne 14 juin 2002 à 15h34 | Par Philippe Cazal

Sélection de la vigne - Pour fêter ses 40 ans, l´Entav ouvre ses portes le 5 juillet

1962 - 2002. Pour l´Entav, ce sont quarante années consacrées à sa mission de sélection sanitaire et génétique. Pour fêter ce quarantième anniversaire, l´établissement interprofessionnel organise une journée "portes ouvertes" le 5 juillet prochain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´Entav (Etablissement national technique pour l´amélioration de la viticulture) a été créé en 1962 pour améliorer la qualité sanitaire des plants de vigne et leur régularité de rendements. Depuis 40 ans, cet établissement interprofessionnel, basé sur le Domaine de l´Espiguette, au Grau-du-Roi, poursuit sa mission de sélection sanitaire et génétique. Il s´est adapté à l´évolution des demandes de la viticulture, aujourd´hui davantage orientées vers la qualité et la diversité.

Vers plus de diversité
Depuis une dizaine d´années, explique Jean-Michel Boursiquot, l´actuel directeur de l´Entav, la sélection clonale a connu une réorientation de ses objectifs : elle prend davantage en compte les aspects qualitatifs (les objectifs de rendement peuvent être atteints sans difficulté) et la diversité.
Dans les années 70, lors des premières sélections clonales, on s´est en effet focalisés sur un ou deux clones par variété. Depuis quelques années, l´Entav s´efforce d´étendre la gamme de clones pour chaque variété et c´est chose faite aujourd´hui pour un nombre significatif de grands cépages : "Nous conseillons aujourd´hui, à partir du moment où l´on plante une surface relativement importante, d´utiliser deux, trois ou quatre clones différents".
Les principales différences entre les clones portent sur la fertilité et sur le port des rameaux ou encore sur l´adaptation au climat (clones précoces ou tardifs) : on n´en est pas encore à l´adaptation clone/sol.

Conservatoire de clones
La restructuration du vignoble a amené une perte de la diversité génétique. Pour éviter la disparition de clones, l´Entav a réalisé des prospections pour sauver des souches et les mettre en conservatoire de clones. Les parcelles conservatoires sont réparties sur quelque 80 sites différents, dans l´ensemble des régions viticoles françaises, en partenariat avec les techniciens et les responsables professionnels de la filière viticole.
De même, l´Entav travaille avec le conservatoire Inra (Domaine de Vassal) à la constitution d´un réseau de ressource génétique de la vigne.
La demande actuelle de la viticulture porte sur les cépages locaux secondaires pour lesquels il n´y avait pas de matériel disponible sain. L´Entav étend donc progressivement la gamme de clones de ces cépages. "C´est un enjeu économique moins important que pour les grands cépages, mais c´est aussi notre mission", dit le directeur.
Une autre demande est de disposer de davantage de garanties sanitaires. Les viticulteurs sont de plus en plus préoccupés par les viroses secondaires, que l´on sait aujourd´hui détecter, même si on n´a jamais pu mettre en évidence leur impact sur le produit.

Faire évoluer les techniques de travail
Pour faire face à ses missions, l´Entav s´appuie sur ses trente salariés et s´efforce de faire évoluer ses techniques de travail.
Une serre "insect-proof" est en cours d´installation : avec un système de filets anti-insectes, elle permet de parer à une éventuelle contamination aérienne (comme par exemple la cicadelle de la flavescence dorée). Dans cette serre sera disposé un conservatoire de sécurité du matériel initial des clones commercialisés.
Les tests de dépistage des viroses utilisent les tests Elisa, de plus en plus performants, et les techniques d´indexage, de plus en plus par greffage herbacé hors-sol, qui permet d´obtenir les résultats plus rapidement. L´Entav commence à mettre en place des tests génomiques (analyse par PCR pour identifier cépages et porte-greffe).
Par ailleurs, un ingénieur a été recruté pour mettre en place progressivement l´assurance qualité en commençant par la certification du laboratoire d´analyses.
©Paysan du Midi

Légende - Plants de vigne dans les serres de l´Entav au Domaine de l´Espiguette (Grau du roi).
10 ans pour un nouveau clone
La diffusion d´un nouveau clone prend des années, explique J.-M. Boursiquot : entre le temps d´observation pour prospecter la présence éventuelle de virus, puis l´observation en parcelle de comportement dans la région de production, il faut au moins dix ans pour présenter un clone à l´agrément du CTPS. Il faut ensuite au moins cinq ans de pré-multiplication. Mais il faut en passer par là : " la vigne fonctionne comme ça".
Dans l´esprit de développement de la diversité des clones pour un même cépage, l´Entav a abouti, l´an dernier, sur des clones de gamay, petit verdot, cot, tibouren et lladoner pelut. Cette année vont arriver des clones de marsanne, viognier et riesling.
La sélection clonale commence par le repérage d´une souche au vignoble puis son introduction directe à l´Entav ou en conservatoire régional.


Matériel initial et matériel de base
L´Entav, pour chaque clone, conserve 10 plants. Il effectue les tests sanitaires (test Elisa et indexage) pour rechercher l´éventuelle présence des virus (court-noué, enroulement, marbrure, complexe du bois strié ou cannelures, nécrose des nervures, mosaïque des nervures).
Il effectue par ailleurs une sélection génétique : évaluation du potentiel des clones en vue de leur agrément, étude de leurs caractéristiques culturales et aptitudes technologiques de leur produit en fonction d´un milieu donné.
Les clones sont ensuite présentés à l´agrément du CTPS (Comité technique permanent de la sélection, ministère de l´Agriculture). S´ils sont agréés, ils obtiennent un numéro de certification Onivins.
Commence alors la diffusion des clones. D´abord sous forme de matériel initial (étiquette blanche) vers les pépiniéristes pré-multiplicateurs. Ceux-ci plantent des vignes de base et récoltent des plants de base (étiquette blanche) qu´ils vendent aux pépiniéristes multiplicateurs. Ces derniers plantent des vignes-mères et produisent des plants certifiés (étiquette bleue).
L´Onivins contrôle chacune de ces étapes.

Des services et de la vente à l´étranger
Outre son travail de sélection sanitaire et génétique et de fourniture de plants (matériel initial et matériel de base), l´Entav apporte au monde viticole un certain nombre de services : analyses de laboratoire pour la détection de viroses ; analyses par PCR pour la détection de l´ADN en vue d´identifier cépages et porte-greffe ; édition du catalogue des clones ; stages de formation à l´ampélographie ; convention de recherche sur le dépérissement de la syrah.
Les plants de l´Entav sont distribués en France mais l´organisme réalise aussi des ventes à l´étranger, ce qui est pour l´instant un marché en développement.
Dans l´Union européenne, les pépiniéristes pré-multiplicateurs français vendent du matériel de base à des pépiniéristes multiplicateurs étrangers, cela sous contrat avec Entav International, filiale de l´Entav, qui perçoit des royalties.
Vers les autres pays plus lointains, qui exigent souvent une quarantaine, on ne peut exporter que des quantités très réduites de matériel végétal. Dans ce cas, les contrats de pré-multiplication sont passés avec des pépiniéristes de ces pays.

Pour fêter son quarantième anniversaire, expliquer ses missions et dévoiler ses travaux, l´Entav ouvrira ses portes le vendredi 5 juillet.
Les professionnels, vignerons et pépiniéristes plus particulièrement, et toutes les personnes qui le souhaitent sont invités à se rendre au Domaine de l´Espiguette, dans le Gard.
Au programme, une matinée de mini-conférences* (à partir de 8 h 30) suivie, l´après-midi (à partir de 13 h 30), d´une visite des installations de l´Entav et de son conservatoire de clones.
On pourra également déguster des vins issus de cépages locaux (de diverses régions de France) peu connus.
L´entrée sera libre et gratuite. (Rens: 04 66 51 40 45)


* Thème des mini-conférences
- Historique et bilan de 40 ans de sélection à l´Entav.
- Puissance et limites des outils de diagnostic pour la détection des virus.
- Les possibilités offertes par les techniques de biologie moléculaire pour l´identification variétale et clonale.
- Les conservatoires de clones, intérêt et méthodologie ; l´exemple du Grenache.
- La sélection qualitative depuis les prospections jusqu´aux caractéristiques technologiques des clones ; l´exemple du Gamay.
- Acquisition de références sur les clones, les parcelles de comportement ; l´exemple du Cabernet-Sauvignon.
- Aspect économique de la certification ; évolution du matériel certifié.
- Perspectives et enjeux de la sélection clonale pour l´avenir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui