Réussir vigne 26 mai 2014 à 08h00 | Par Isabelle Montigaud

Réglementation - Les bios refusent les phosphonates

Les viticulteurs bios affichent leur volonté de maintenir l'usage du cuivre en viticulture biologique à 6 kg/ha/an et refusent l'entrée des phosphonates dans les produits utilisables en viticulture biologique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Gendrier, président de la Commission bio des Vignerons indépendants.
Michel Gendrier, président de la Commission bio des Vignerons indépendants. - © DR

Alors que l'Anses(1) a proposé de limiter l'usage du cuivre en agriculture à 4 kg/ha/an, les professionnels de la viticulture biologique ont écrit au Ministre de l'Agriculture pour rappeler la nécessité de maintenir les doses de cuivre à 6 kg/ha/an en moyenne sur cinq ans et leur refus d'introduire l'usage des phosphonates en viticulture. L'Association nationale interprofessionnelle France Vin Bio demande, par ailleurs, qu'une analyse globale des effets du cuivre sur la biodiversité et l'environnement pour des doses supérieures à 4 kg/ha/an soit réalisée. " Les professionnels s'inquiètent de la volonté européenne de diminuer les doses de cuivre à l'exemple de certains cahiers de charges en Allemagne (association nationale Ecovin) où l'usage du cuivre est limité à 3 kg/ha/an. Une situation qui contraint les viticulteurs allemands bios à employer des phosphonates (autorisés par dérogation en Allemagne et dans certains pays de l'Est) ", remarque Nicolas Constant, ingénieur conseil à Sudvinbio.


Les phosphonates jugés contraires aux principes " bio "


Pour Michel Gendrier, président de la commission bio au sein des Vignerons indépendants, " les phosphonates sont contraires aux fondamentaux de la viticulture biologique : ce sont des produits de synthèse, pénétrants et systémiques, laissant des résidus dans le vin. Il serait intolérable qu'une exception contraire aux fondements de l'agriculture biologique obtenue pour quelques producteurs d'Europe de l'Est devienne la réglementation européenne ! ". Sur le même ton, France Vin Bio précise que les " phosphites sont issus de la chimie de synthèse et produisent un métabolite, l'acide phosphoreux qui peut être confondu avec le même métabolite issu du Fosétyl-Al, produit interdit en bio ce qui rendrait les contrôles impossibles ".


(1) Anses : Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation, de l'Environnement et du travail

Repères

. L'acide phosphoreux est utilisé dans la fabrication des phosphonates.
. Les phosphates sont le principal composant des engrais à base de phosphore. Ils ne possèdent pas de propriétés fongicides.
. Les phosphonates ou phosphites sont des sels d'acide phosphonique qui ont des propriétés fongicides.
. Ethyl-phosphonate : l'acide phosphonique peut réagir avec de l'éthanol pour former l'éthyl-phosphonate : de l'aluminium est rajouté pour le neutraliser en formant ainsi l'éthyl-phosphonate d'aluminium ou fosétyl-Al, matière active de fongicides anti-mildiou de synthèse. Deux autres substances sont utilisées depuis 2010 en vigne, le disodiumphosphonate associé à la cyazofamide et le phosphite de potassium.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui