Réussir vigne 13 février 2002 à 11h44 | Par Catherine Bioteau

Ras le bol des goûts de bouchon ! - Certifications, nouvelles techniques... Dépoussièrage de la filière liège

Les efforts de certains bouchonniers sont réels pour limiter au maximum les goûts de bouchon. Mais pas encore considérés comme payants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«Il y a trop de négociants sur le marché du liège qui n´ont rien à voir avec la filière et négocient avec n´importe qui au Portugal, au détriment de la qualité des bouchons », lance Christophe Fouquet, directeur général d´Amorim France. Un « dépoussiérage » de la filière liège s´est pourtant amorcé il y a quelques années avec la création du « Code international des pratiques bouchonnières », et la démarche Systécode : tout bouchonnier qui le désire peut désormais se faire auditer par un bureau spécialisé qui attestera qu´il se conforme aux bonnes pratiques. A ce jour, une grande majorité de bouchonniers français (27) ont satisfait à l´audit, ainsi que 140 portugais, espagnols et italiens. Pour la première fois, également, neuf bouchonniers*, regroupés dans le GIE Codiliège, ont rédigé une « définition commune » des différents bouchons et codifié les méthodes analytiques d´estimation de la qualité des bouchons.
Parallèlement à ces initiatives collectives, plusieurs bouchonniers annoncent avoir découvert des procédés miracle anti-TCA. C´est le cas de la société portugaise Juvenal qui a mis au point un procédé de traitement des bouchons aux micro-ondes, le procédé Delfin (voir Réussir nº57). Selon Juvénal, « seules les ondes électromagnétiques éliminent les TCA au cour du bouchon, ainsi que les métabolites odorants indésirables, et les micro-organismes susceptibles d´en produire. » Chez l´espagnol Ebrocork, c´est un faisceau d´électrons accélérés qui stérilise les bouchons, une technique également employée pour stériliser le matériel médical. Amorim a choisi de maîtriser la filière « de l´arbre jusqu´au bouchon ». Après avoir amélioré le lavage des plaques de liège, avec son système Convex, la société teste actuellement un procédé, encore top secret, annoncé « très prometteur pour réduire de plus de 80 % les taux de TCA ». Sabaté et la Société française du Liège ont renforcé et optimisé le contrôle des TCA sur leurs bouchons.

Tous ces efforts ont-ils porté leurs fruits en matière de réduction des goûts de bouchon ? « Pour l´instant nous n´avons pas rencontré de problèmes de goûts avec les bouchons Delfin ou Amorim, note Bénédicte Nicolini de l´ICV. Mais ces nouveaux traitements sont trop récents pour qu´on puisse les juger. » « Ce sont souvent des effets d´annonce, estime pour sa part Isabelle Tribaut-Sohier du Comité interprofessionnel des vins de Champagne. Nous n´avons pas noté d´améliorations significatives. Il nous est même difficile de mener des comparaisons car certains bouchonniers ne se montrent pas très coopératifs. » Chez les bouchonniers, on estime bien sûr que les résultats suivront. Dans combien de temps ?

Sabaté, Sagrera & Cie, Barangé, Bouchons Trescases, Preteux Bourgeois, Bouchons Sibel, Société Française du Liège, Lafitte Liège, Christian Bourrassé
Le nouveau procédé de lavage du liège ©DR

Le nouveau procédé de lavage du liège d´Amorim extrait les TCA en continu.

Malgré son succès commercial Altec mis en cause
Bel exemple de réussite commerciale, Altec, bouchon technique composé de liège mélangé à des microsphères synthétiques et à un liant, s´est vendu à près de 900 millions en 2001 (30 millions en 95). Selon la société Sabaté qui le commercialise, « Altec a atteint ses deux premiers objectifs : limiter les risques de bouteilles couleuses et minimiser les risques d´oxydation aléatoire. Il réduit également les risques d´occurrence de goût de bouchon ». Réduit mais n´élimine pas. La récente étude comparative de bouchons effectuée en Australie montre que l´Altec peut céder des TCA au vin, même si les taux restent minimes (< 2 ng/l) et peu décelables. Aux USA et en France des utilisateurs font état de « goûts d´Altec » transmis au vin. Marc Sabaté ne nie pas « ces rumeurs » qui « se fondent seulement sur quelques cas qui ont été montés en épingle » mais précise que « l´Altec n´a pas été mis officiellement en cause. »
Autre succès commercial de ces dernières années : le Twin Top, bouchon 1+1 d´Amorim « devrait franchir la barre des 800 millions de bouchons vendus dans le monde en 2001 », selon Amorim.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui