Réussir vigne 25 janvier 2008 à 09h43 | Par Propos recueillis par Claudine Galbrun

Qualité du vin à travers les âges - « La valorisation d´un vin change selon les époques et les pays » observe l´historien André Tchernia

Abonnez-vous Réagir Imprimer

" La qualité est une notion très relative. On peut même dire qu´il n´y a pas de vin de qualité dans le temps ", indique André Tchernia, historien. Vers 300 avant Jésus-Christ, en Grèce, des discussions acharnées opposaient déjà les amateurs de vins de Phénicie à ceux vantant les mérites des vins de Lesbos. A Rome, au 1er siècle de notre ère, Pline l´ancien distinguait parmi tous les vins de l´époque 43 crus dont 14 étaient classés. " Ce classement a abouti à des usages sociaux : les aristocrates ne devant boire que des grands crus au risque d´être déshonorés. Cela permettait de faire une différence de classe avec les vins destinés aux grands, les bons vins et les vins des esclaves. " A travers les âges, les médecins ont fait beaucoup en matière de marketing des vins. " Si un vin est bon pour la santé, il est donc bon au goût. C´est donc ce vin que l´on doit boire et aimer ", poursuit André Tchernia.
André Tchernia : " La qualité n´est pas dans un vin précis qui deviendrait le modèle pour tous les autres vins. » ©DR

Et de citer la grande réputation faite aux vins de Lesbos grâce à Hérasistrate, médecin égyptien ou aux vins de Lucanie qui guérissent le consul Potitus Messala. A la cour du roi Henri IV, un médecin nommé Abraham de la Framboisière va ruiner la réputation des vins d´Orléans en déclarant qu´ils remplissent la tête de vapeurs âcres. Et puis les goûts évoluent au fil du temps. Sont déclarés vins de qualité, dans la Grèce Antique, des vins liquoreux et sucrés. A Rome, on apprécie aussi les vins liquoreux mais on les fait vieillir, le vieillissement devenant signe d´élégance. " Ces vins ont un prix et on va dépasser le plaisir gustatif pour aller vers le plaisir social avec l´idée que le prix de ce que l´on boit commande le goût. " Et puis il y a aussi la couleur du vin. " Au Moyen-Age, les vins rouges sont bons pour les travailleurs, les blancs pour la nature délicate des aristocrates. La qualité n´est donc pas dans un vin précis qui deviendrait le modèle pour tous les autres vins. Le consommateur semble aimer ce qu´on lui dit d´aimer. Reste à savoir comment on lui inculque cette croyance. "

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui