Réussir vigne 06 avril 2001 à 10h06 | Par Claudine Galbrun

Qualification et contrôles : la filière viticole se distingue

Pour crédibiliser cette démarche de qualification des exploitations, il va falloir désigner des organismes ad hoc. La filière viticole veut que ces particularismes soient pris en compte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Il est actuellement prévu qu´une commission nationale de l´agriculture raisonnée, toutes filières confondues, se mette en place. Elle serait chargée d´agréer des organismes tiers d´évaluation et de donner un avis sur les différents guides nationaux en agriculture raisonnée. Parallèlement, des structures seraient chargées de la qualification. Il pourrait s´agir dans ce cas des chambres d´agriculture. "Mais pas seulement", indique le ministère de l´Agriculture. "Il n´y aura pas de monopole". Et enfin, des organismes tiers accrédités auraient pour mission d´évaluer le fonctionnement du dispositif de qualification et de réaliser des contrôles à date fixe ou inopinés, par sondage. En matière de qualification, la filière viticole souhaite faire entendre sa voix et que soient prises en compte ses spécificités. Ils demandent que les recommandations techniques fassent partie des conditions de production prévues par les décrets des vins AOC et de pays.
Les professionnels viticoles veulent poser en quelque sorte un postulat de base : toute viticulture est raisonnée. Pas question de laisser au consommateur la possibilité de se demander si oui ou non, le viticulteur travaille dans le respect de l´environnement. La réponse doit être clairement : oui ! L´Inao, quelque peu d´ailleurs aiguillonné par la vague des vins "bios", travaille depuis plus d´un an, à la rédaction d´une charte terroir et environnement qui reprendrait les bases incontournables d´une viticulture raisonnée digne de ce nom. Les régions se sont emparées de ce dossier et doivent transmettre leurs propositions avant le 31 mars 2001, la charte nationale devant s´appliquer en 2002. Cette position de la viticulture française n´est pas encore admise et entérinée par les pouvoirs publics. Elle remettrait en cause, selon ces derniers, le concept même de base de l´agriculture raisonnée qui veut que la globalité de l´exploitation soit prise en compte et non pas que seul soit concerné le produit, surtout lorsque plusieurs productions coexistent sur l´exploitation. Le débat n´est pas tranché.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui