Réussir vigne 23 juin 2015 à 08h00 | Par La rédaction

Pythium oligandrum contre les maladies du bois

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les nécroses dues à l’esca se forment moins rapidement lorsque la vigne interagit avec P. oligandrum.
Les nécroses dues à l’esca se forment moins rapidement lorsque la vigne interagit avec P. oligandrum. - © Inra Bordeaux

Qu’est-ce que c’est ?

Pythium oligandrum est un oomycète qui colonise la rhizosphère des vignes. Naturellement présent au vignoble, ce micro-organisme réalise son cycle dans le sol et interagit avec la plante au niveau des racines.

À quoi sert-il ?

La PME Biovitis (Cantal), en collaboration avec des chercheurs de l’Inra de Bordeaux, a constaté que cet oomycète a une action bénéfique contre Phaemoniella chlamydospora, un champignon impliqué dans les maladies du bois. Lors de ses interactions avec les racines, l’oomycète, qui possède des protéines élicitrices, stimule les défenses de la vigne en induisant notamment la voie de biosynthèse de l’éthylène et de l’acide jasmonique. Ces molécules ainsi synthétisées protègent la plante des agressions extérieures. On parle alors de résistance systémique induite. Les premiers essais montrent que les plants colonisés par P. oligandrum affichent une diminution du développement de 38 à 50 % des pathogènes (nécroses moins longues). S’il n’y a pas d’effet curatif, l’utilisation d’agents de lutte biologique, tel que P. oligandrum au vignoble permettrait d’élargir les stratégies de protection au vignoble.

À quel stade en est-on ?

Plusieurs souches de P. oligandrum ont été isolées dans le vignoble bordelais et l’une d’elles a déjà été sélectionnée. Les essais sous serre ont donné de bons résultats et les premiers essais sur le terrain vont être mis en place dès cette année, afin de contrôler la réaction de la souche avec la microflore du sol. Les chercheurs tentent également de mettre en place un traitement permettant d’implanter efficacement les oospores aux pieds des ceps, ce qui interviendrait une à deux fois par an.

D’autre part, les chercheurs développent un outil permettant de vérifier l’activité de l’oomycète de la façon la plus simple possible (analyses de racines ou de feuilles). Si les premiers résultats sont confirmés sur le terrain, un traitement pourrait être rapidement développé, mais devra passer par une procédure d’homologation qui peut durer des années.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui