Réussir vigne 07 janvier 2002 à 11h34 | Par C. Bioteau

Oenologie - Les huit points du référentiel national

Le référentiel national « découpe » l´Oenologie en huit points à raisonner par le vigneron. Pour chaque point, sont précisés les objectifs et les engagements à respecter. Le tout avec des recommandations et des explications en sus.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

1 Qualification et formation du personnel de cave
Le personnel se doit d´être au top en matière de qualification et de formation. Le référentiel recommande chaudement son information via des stages, des journées, des revues, mais aussi via sa participation aux dégustations locales et à des échanges d´expérience.
2 Traçabilité
Outre les cahiers et registres obligatoires, le vigneron s´engage à renseigner un cahier de cave. L´enregistrement doit permettre de vérifier l´existence d´un raisonnement et l´utilisation des résultats des années antérieures peut justifier des choix effectués. On lui recommande d´adapter la notion de lot aux contraintes de l´entreprise.
3 Maîtrise de la récolte, du transport et du transfert de la vendange
Les engagements du vigneron portent sur les suivis de maturité, le respect de la vendange, les réglages de la machine à vendanger et l´organisation du chantier de récolte. Le vigneron peut apporter un petit plus en participant à des réseaux de parcelles de référence ou en multipliant les critères d´appréciation de la maturité du raisin.
4 Maîtrise des outils de production
Hors de question de craquer pour le dernier pressoir « high tech » s´il n´est pas prévu de remplacer une chaîne d´apport de la vendange défectueuse. Chaque investissement doit être raisonné dans une stratégie globale, avec planification des investissements. Il va sans dire que, pour le matériel installé, maintenance, propreté et sécurité sont obligatoires.
5 Valorisation du potentiel des raisins par une vinification et un élevage adaptés
Le vigneron doit pouvoir justifier l´emploi de tout intrant utilisé, il doit favoriser les interventions préventives et mettre en place des mesures pour éviter les traitements curatifs récurrents. Il doit définir l´itinéraire technique le plus adapté à la valorisation de sa vendange et définir un seuil qualitatif en dessous duquel une vendange ne pourra être valorisée.
6 Maîtrise du conditionnement et du stockage des vins
Le vigneron se doit de choisir des matériels et locaux (température, humidité, ventilation, lumière, ect.) adaptés avec une application stricte des règles d´hygiène. Tout doit être mis en ouvre pour garantir un maintien de la qualité entre le conditionnement et la mise à disposition du distributeur.
7 Hygiène
Les engagements du vigneron se bornent à respecter la réglementation existante, à savoir la directive hygiène, et à raisonner le niveau d´hygiène à chaque étape de l´élaboration des vins, pour préserver la santé du consommateur et du producteur, ainsi que la qualité du vin.
8 Maîtrise et traitements des déchets et effluents vinicoles
Là encore, il s´agit d´appliquer la réglementation en vigueur sur les effluents et déchets, tout en les limitant à la source.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui