Réussir vigne 23 juin 2003 à 15h11 | Par Catherine Bioteau

Oenologie - Les essais ochratoxine de l´ICV montrent que l´OTA s´estompe au vieillissement

C´est en fin de fermentation malolactique que les vins sont les plus riches en ochratoxine A. Les teneurs diminuent ensuite progressivement avec le temps, sans que l´on sache encore pourquoi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

On en sait un peu plus sur l´ochratoxine A, encore appelée OTA, molécule potentiellement toxique produite par une moisissure et susceptible de contaminer les vins (voir Réussir Vigne nº 85). L´Institut coopératif du vin s´intéresse à son évolution dans les vins méditerranéens depuis trois ans. « L´OTA se développe dans le vin dès les premiers jours de macération de la vendange pour atteindre un maximum à la fin de la fermentation malolactique », précise Jacques Rousseau, responsable du département Vigne & Vin de l´ICV. Ensuite, les teneurs en OTA diminuent systématiquement.

Une diminution de 20 à 70 % de l´OTAaprès 21 mois de bouteille
« Dans nos essais, les taux avaient déjà chuté de 39 % lors de la mise en bouteille. » La baisse se poursuivrait même une fois le vin embouteillé. « Sur 13 échantillons suivis, la diminution variait entre 20 et 70 % après 21 mois de bouteille. »
Difficile d´expliquer cette baisse. Dans les essais ICV, les process oenologiques n´ont eu qu´une faible incidence mais les levures ont joué un rôle. L´ICV a montré que l´addition de 100 g/hl de levures sur vin fini, suivie d´un élevage de six mois avec bâtonnage (pour simuler l´élevage sur lie), accélère la diminution des teneurs de l´ordre de 10 %. « On suppose que l´OTA est en partie adsorbée par les parois des levures », précise Jacques Rousseau, qui n´explique pas encore les diminutions des teneurs observées sur les vins embouteillés. « On peut supposer que l´OTA se dégrade ou se combine avec d´autres composants du vin. »

L´ICV se veut également rassurant sur la thermovinification. « Nous avons observé des variations des teneurs en OTA des jus à la sortie qui semblent montrer qu´il n´y a pas d´incubation de moisissure au cours de la journée. Les bonnes pratiques d´hygiène habituelles suffisent en fin de journée pour éliminer les moisissures, d´après les contrôles réalisés sur eaux de rinçage. »
Aucune réglementation concernant les teneurs en OTA n´a encore été adoptée, mais les restrictions à l´export se multiplient. De plus en plus d´acheteurs demandent des teneurs inférieures à 1 voire même 0,5 hg/l. L´ICV a récemment sorti une plaquette d´information sur le sujet, disponible sur demande (e-mail : icv@icv.fr).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui