Réussir vigne 12 mars 2004 à 17h52 | Par Catherine Bioteau

Oenologie - Le nez électronique débarque dans les tonnelleries

Seguin-Moreau se fie désormais à un « nez oenologique » pour caractériser ses barriques et l´Inra teste une langue électronique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le savoir-faire traditionnel des tonneliers n´exclut pas l´aide de l´électronique pour apprécier la qualité des fûts. Ainsi le tonnellier Seguin-Moreau va désormais se fier à son « nez oenologique » pour établir un « profil aromatique » de ses barriques. Ce nouvel outil est constitué d´un ensemble de capteurs qui « reniflent » les fûts en sortie de chauffe pour identifier les arômes obtenus. Il suffit de cinq minutes pour analyser une barrique. Le nez devrait permettre au tonnelier d´améliorer la constance du profil aromatique de ses barriques. « Pour chacun de nos clients nous serons capable de fournir des barriques correspondants exactement au profil aromatique souhaité pour l´élevage du vin », annonce Michel Rigaux, PDG de la tonnellerie.

Car selon Pascal Chatonnet, chercheur pour la tonnellerie, « il ne suffit pas d´appliquer une même température de chauffe sur une même durée pour obtenir de façon fiable et répétitive les mêmes types d´arômes. Le résultat dépend également de la nature du bois, de l´environnement et des conditions climatiques du moment. On ne chauffe pas de la même manière l´été que l´hiver, par temps sec ou par temps humide. »
Testé depuis des années par le tonnelier, le nez oenologique est passé fin 2003 du stade de prototype à celui d´outil industriel capable de traiter 180 barriques par jour. « En 2004, nous allons doubler la capacité de la machine avec l´installation d´une seconde narine », annonce Michel Rigaux.
©D. R.


Bientôt la langue électronique
Après le nez, la tonnellerie pourrait également avoir recours à une langue électronique. Actuellement testée par la société toulousaine Alpha-Mos et l´Inra de Montpellier, elle mesure entre autres l´astringence et la teneur en ellagitanins des bois de chêne. La langue contient une série de sept capteurs dits potentiométriques, préalablement calibrés. La mesure, annoncée simple et rapide (2 minutes), s´effectue sur un extrait de bois de chêne. En pratique, elle pourrait permettre de mieux contrôler et d´ajuster les durées de séchage des merrains, car c´est au cours de cette phase que le bois perd de son astringence, de son amertume et de son agressivité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui