Réussir vigne 09 juin 2004 à 17h24 | Par Catherine Bioteau

Oenologie - Le filtre tangentiel validé en Suisse

La filtration tangentielle retiendrait davantage de colloïdes que la filtration sur kieselguhr mais sans incidence sur la qualité gustative des vins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La filtration tangentielle dépouille-t-elle davantage les vins qu´une filtration traditionnelle sur kieselguhr ? La Station fédérale de recherches agronomiques de Changins en Suisse a voulu vérifier cette idée préconçue. Et elle en a profité pour mesurer l´incidence sur la qualité des vins des deux types de membranes existantes : les traditionnelles membranes organiques en polysulfone et les nouvelles membranes en céramique, annoncées plus performantes mais plus chères. Six vins suisses, blancs, rosés et rouges, ont donc été filtrés simultanément soit sur des filtres tangentiels soit sur le filtre à alluvionnage, dans les conditions habituelles pratiquées par un grand négociant suisse (Schenk SA).

Premier résultat de ces comparaisons : « des filtrations aussi différentes donnent des vins aux propriétés gustatives très proches, rapporte Philippe Cuénat de la Station de Changins. La filtration tangentielle n´a pas dépouillé les vins testés, que ce soit avec une membrane en céramique ou une membrane organique. » Si aucun filtre n´influe plus que l´autre sur la qualité gustative des vins, ils ne retiennent cependant pas tous les mêmes quantités de colloïdes. Dans les essais suisses, les kieselguhr se sont montrés moins « dépouilleurs » que les membranes. Celles-ci auraient retenu 2 à 23 % de colloïdes supplémentaires, avec des variations suivant les membranes, les organiques se révélant moins performantes que les céramiques.

A l´inverse, la filtration sur kieselguhr a donné des vins plus troubles (d´une turbidité deux à sept fois plus élevée) et renfermant nettement plus de germes que la filtration tangentielle, sans différences notables entre membrane organique ou minérale. Par contre, en matière de débit, les tangentiels restent toujours à la traîne par rapport à un filtre kieselguhr, même si les membranes en céramique apportent un plus sur ce point. « Leur débit est largement supérieur à celui des membranes organiques, aussi bien sur vins blancs que vins rouges », juge Philippe Cuénat. Après sept heures de filtration, il était encore de 70 l/h.m2 contre 42 l/h.m2 pour les polysulfones. Globalement donc, les expérimentateurs jugent les membranes en céramique plus performantes que celles en polysulfone. Seul bémol à l´étude, elle n´a concerné que des vins assez légers et mériterait une confirmation sur des vins plus structurés.

L´intégralité des conditions d´expérimentation et des résultats est repris dans la Revue suisse de viticulture, arboriculture et horticulture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui