Réussir vigne 07 avril 2004 à 14h51 | Par Catherine Bioteau

Oenologie - Inter-Rhône veut donner priorité à l´élevage des vins

Une enquête rhodanienne révèle les pratiques actuelles en matière d´élevage des vins. Il y aurait une marge de manoeuvre pour les améliorer...

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´interprofession de la vallée du Rhône veut s´attaquer à un programme ambitieux : améliorer l´élevage des vins de la région. Et pour améliorer, encore faut-il bien connaître les pratiques en vigueur. Inter-Rhône s´est donc lancé dans une étude sur « a réalité des pratiques d´élevage dans la Vallée du Rhône », avec enquête auprès de 400 caves particulières et coopératives (sur 1 400) et suivi précis de plus d´une centaine de caves.

Une place mineure pour l´élevage sous bois
Le dépouillement révèle quelques surprises. Ainsi l´élevage sous bois n´occupe qu´une place mineure : il ne concerne qu´à peine 2 % de la production totale des caves coopératives et 13 % de celle des caves particulières. Par contre, il intéresse la majorité des élaborateurs : environ 60 % des caves élèvent une partie de leurs rouges sous bois. La tendance est à l´utilisation de fûts usagés (jusqu´à 4 vins), de chêne français (seulement 10 % des caves utilisent du chêne américain ou européen), et de chauffe moyenne (pour plus de 70 % des caves).
La majorité des vins est donc stockée en cuves après vinification. Stockée mais pas toujours élevée. Ainsi, en cave particulière, 35 % des rouges conservés en cuve plus de 6 mois ne font pas l´objet d´une démarche d´élevage. Pour les blancs, la proportion dépasse les deux tiers. Elle augmente un peu en cave coopérative. La micro-oxygénation des rouges se développe, plus de 10 % des Caves particulières seraient équipées. Quant à l´élevage sur lies, il reste confidentiel. Il concerne surtout les vins blancs, qui ne représentent que 4 % de la production régionale. Question équipement, la moitié des caves n´est pas équipée en thermorégulation.

Il y a donc du pain sur la planche pour les oenologues. « Nous avons d´abord des progrès à faire sur la climatisation des caves, commente Nicolas Constantin, oenologue conseil à Inter-Rhône. Nous allons également encourager l´élevage sur lies des blancs pour leur apporter davantage de complexité et d´arômes. Pour les rouges, la tendance est à la baisse de l´élevage sous bois. La micro-oxygénation a sans doute de l´avenir. Elle affine les tanins du vin, ce qui correspond au goût actuel du consommateur. »
Le défi est à relever pour améliorer encore la qualité des vins.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui