Réussir vigne 15 décembre 2008 à 14h52 | Par M.-E. Koralewski

Nouveau - L’analyse microbienne en 10 minutes

La société Millipore vient de lancer Bevistat™, un nouvel appareil de détection rapide des levures et moisissures du vin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le système de détection Bevistat est entièrement automatisé et s'appuie sur une technologie de reconnaissance spécifique des microorganismes.
Le système de détection Bevistat est entièrement automatisé et s'appuie sur une technologie de reconnaissance spécifique des microorganismes. - © Millipore

« Cet appareil permet de détecter presque en temps réel une contamination du vin par des levures ou des moisissures en fournissant un résultat en dix minutes environ », explique Virginie Isner, chargée de communication chez Millipore. La société préconise l'utilisation de Bevistat pour surveiller l'apparition de contamination dans le produit et pour contrôler l'absence de contaminants après certaines étapes critiques comme la filtration stérile avant la mise en bouteille, la flash pasteurisation, et pour contrôler les vins après la mise en bouteille. « Ce gain de temps, en comparaison avec les cinq à sept jours nécessaires pour une méthode de détection classique, permet de réduire les temps de commercialisation et donc de réduire les coûts de stockage. Autre avantage, la diminution des produits à risques limite les rappels potentiels de produits qui peuvent avoir un impact financier important », souligne Gilles Aubut Chef produit chez Millipore.

Une méthode sensible

Le système de détection Bevistat est entièrement automatisé et s'appuie sur la technologie de la bioluminescence ATP (Adénosine Triphosphate), molécule présente dans les microorganismes. « La méthode permet de détecter une cellule par échantillon sans limitation de volume », explique Marie Pressel, microbiologiste R&D senior chez Millipore. L'échantillon est filtré à travers une membrane qui récupère les microorganismes potentiellement présents dans l'échantillon. La membrane est ensuite placée dans l'appareil pour réaliser le test. Les résultats sont affichés sous forme d'unité de lumière relative (URL) : la quantité de lumière est proportionnelle à la quantité de germes. Ils peuvent également être fournis sous forme de réponse de type « succès » ou « échec », pour signaler respectivement si l'échantillon est sain ou contaminé. « Le client est ainsi informé de la contamination ou non de son échantillon en un délai très rapide », conclut Marie Pressel.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui