Réussir vigne 24 septembre 2007 à 12h10 | Par Claudine Galbrun

Marketing - Le négoce plaide pour une adaptation de l´offre à la demande

Le négoce rejette les allégations selon lesquelles celui-ci ne saurait pas vendre. Les problèmes rencontrés par la production proviennent, selon lui, du fait que l´offre ne correspond toujours pas aux attentes du marché.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

" Déjà en 1997, nous avions ressenti que la loi économique selon laquelle une diminution des prix est synonyme de reprise du marché ne fonctionnait plus. Le problème est toujours le même et ce, depuis des années : les vins qui sont produits ne répondent pas à la demande. C´est encore aujourd´hui quelque chose de très difficile à faire comprendre et donc à gérer. On entend dire que le négoce ne sait pas vendre mais il est tout de même beaucoup plus facile de vendre ce que le consommateur souhaite. Aussi, ce n´est parce que les prix des vins baissent que les consommateurs les achètent ", indique l´Afed (Association française des embouteilleurs-distributeurs).
Selon l´Afed, les goûts des consommateurs ont évolué, il faut que les AOC évoluent aussi, sans y perdre leur âme. ©P. Cronenberger

Et cela n´est pas propre qu´aux vins de table ou de pays puisque, poursuit l´Afed, des vins d´appellation de grande notoriété comme bordeaux, beaujolais ou touraine et anjou connaissent également ce type de difficultés. " Les goûts des consommateurs ont évolué et il faut que les AOC évoluent et sans y perdre leur âme. Certaines y arrivent très bien et ont vu leurs prix terriblement augmenter mais leurs producteurs déjà à la vigne travaillent dans le sens souhaité par le consommateur. Il y a deux solutions pour les viticulteurs qui ne produisent pas le vin attendu par le client : soit ils bougent et se mettent au goût du jour, soit ils profitent des aides à l´arrachage ou des mesures de préretraite. Sachant qu´à chaque fois que de l´arrachage aidé a été proposé, la menace selon laquelle tout le monde allait arracher a été brandie et qu´au final, il n´y a pas eu de grand trou dans le vignoble, grâce notamment au rachat de parcelles. On pourrait aussi mettre en place des bourses d´échange de parcelles coopérative par coopérative ou par bassin de production et en ayant le courage de dire à ceux qui ne veulent pas changer de partir. Seulement, il y a un gros travail à mener qui effraie l´amont. "

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui