Réussir vigne 11 mai 2017 à 08h00 | Par Clara de Nadaillac

Les liquoreux dévoilent leurs secrets

Le dernier colloque Euroviti a fait la part belle aux dernières avancées concernant les moelleux et les liquoreux. Voici ce qu'il faut en retenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les vins ayant le plus de sucres résiduels sont les plus plébiscités par les consommateurs. Le titre d'alcool ayant beaucoup moins d'impact.
Les vins ayant le plus de sucres résiduels sont les plus plébiscités par les consommateurs. Le titre d'alcool ayant beaucoup moins d'impact. - © Patrick Cronenberger

Création de myricétine au stade avancé de pourriture noble

Chantal Maury, de l'USC Grappe ESA, a profité du Sival pour présenter les dernières avancées dans les connaissances des baies de chenin botrytisées. Elle a en effet mis en évidence que les raisins étant à un stade avancé de pourriture noble (nommé L2 et se caractérisant par des baies marron foncé, avec des zones blanches) contiennent de la myricétine, à des concentrations de l'ordre de 13 mg/kg. Cette molécule, de la famille des flavonols, avait jusqu'à présent uniquement été identifiée dans les pellicules des raisins noirs, dans lesquels elle participe à la coloration jaune. Pas si étonnant donc, qu'on la retrouve dans les baies les plus évoluées de pourriture noble. Pour Chantal Maury, cette molécule est issue d'une modification de voie métabolique. Reste à trouver laquelle.

Par ailleurs, la chercheuse a confirmé que la technique visuelle d'alotage lors des vendanges actuellement en vigueur est pertinente, la composition des baies variant fortement entre les stades Ctrl (baie saine au sein d'une grappe saine), et L2. Elle a notamment confirmé une hausse de la concentration en tanins avec une modification de leur structure (baisse du degré moyen de polymérisation), ainsi que la diminution des composés phénoliques simples.

L'élevage en barrique favorise les notes de fruits confits

Philippe Darriet, de l'ISVV a quant à lui fait écho des derniers travaux de l'ISVV, dont ceux de Panagiotis Stamatopoulos, sur l'impact des conditions de vinification et d'élevage sur les arômes des liquoreux. Le chercheur a notamment établi que l'élevage en barriques modifie la composante aromatique des liquoreux, avec un renforcement des notes de fruits confits, en particulier ceux d'orange confite. En effet, l'élevage sous bois favorise une augmentation régulière du contenu en lactones associées à la botrytisation (2-nonen-4-olide, ?-octalactone, ?-decalactone, massoialactone) dans les vins. Cette formation résulterait de la transformation de précurseurs d'arômes provenant initialement d'une botrytisation. Mais attention, un élevage trop oxydatif peut quant à lui pénaliser le niveau de thiols volatils. La réactivité? de ces composés avec les tanins (en particulier du bois) peut entraîner cette diminution. Par ailleurs, au cours de l'élevage en barriques, ou avec des alternatifs, la libération par le chêne de composés volatils contribue à enrichir les vins en composés à odeur de vanille et de noix de coco. Enfin, de leur côté, les teneurs en phénylacétaldéhyde (notes de fleurs et de miel), furanones (arômes de sucre cuit, de caramel), et esters fermentaires diminuent au cours de l'élevage quel que soit le type de contenant.

Le sucre résiduel plus important que le TAV en coteaux du layon

À la demande du syndicat d'appellation, l'ESA et l'IFV ont mené une étude pour évaluer l'impact d'une diminution du TAV des coteaux du layon génériques auprès des experts et des consommateurs. Il en ressort que les vins ayant le plus de sucres résiduels ont été les plus plébiscités ; le titre d'alcool ayant beaucoup moins d'impact. Par ailleurs, l'appréciation globale est positivement corrélée à? la présence d'arômes de miel et de fruits blancs, et négativement aux notes arômes empyreumatiques, à l'amertume, à l'acidité? et aux odeurs de fermenté?. Enfin, les vins les plus appréciés par les consommateurs sont aussi ceux jugés par les professionnels comme étant les meilleurs exemples de l'AOC. Une diminution du TAV minimum acquis est donc envisageable, notamment si la quantité de sucres résiduels est importante. La balle est à présent dans le camp des responsables professionnels...

- © Infographie Réussir

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui