Réussir vigne 10 juillet 2013 à 17h04 | Par Benoît Velut

Les débuts du gamaret en Beaujolais

Déjà bien implanté en Suisse, le gamaret creuse son trou en Beaujolais. Plusieurs vignerons l’ont déjà adopté sous l’impulsion de la Sicarex. Diversification.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © J.-M. Desperrier - Sicarex

Qui dit mieux ? Ce cépage, qui donne des vins “ épicés, structurés, colorés, et qui en plus résiste très bien à la pourriture ”, selon Valérie Lempereur (IFV-Sicarex Beaujolais), a tout pour séduire. S’il est encore mal connu dans le vignoble, ses adeptes ne tarissent pas d’éloge sur le gamaret. “ J’en ai planté 70 ares en 2008, explique Philippe Bouteille, pépiniériste et vigneron à Saint-Jean d’Ardières, pour pouvoir montrer de quoi ce cépage était capable aux clients que cela intriguait. ” Planté à 9 000 pieds/ha sur SO4, il a donné 55 hl/ha en 2012. “ Il n’est pas plus difficile à cultiver que le gamay, peut-être un peu plus délicat à palisser ”, annonce Georges Subrin (Morancé).


De bons résultats en vinification traditionnelle


Étant peu sensible à la pourriture, la récolte peut intervenir une dizaine de jours après le gamay. Pour la suite, c’est le goût du vigneron qui décide. Au domaine Bouteille, on a choisi une vinification “ légère ”, avec huit jours de cuvaison et un remontage par jour, pour obtenir un gamaret fruité et prêt à être consommé rapidement. Chez Georges Subrin, l’extraction est un peu plus poussée “ pour faire un vin de garde, prêt à boire après 2 ou 3 ans en bouteille ”.


Une niche commerciale


Pour l’instant réservé aux vins sans IG de la région, le gamaret pourrait bientôt être autorisé à hauteur de 10 % dans les beaujolais et beaujolais village. “ Au-delà, on perd le fruité du gamay ”, confirme Georges Subrin. Pour son premier millésime en 2010, au Château de l’Eclair, “ nous avons visé un segment haut de gamme en fixant le prix à 9 euros la bouteille et en ciblant des cavistes parisiens originaux ”, annonce Valérie Lempereur. Les vignerons ont suivi le mouvement car leur cuvée gamaret est toujours la mieux valorisée du domaine, et les clients sont séduits par la nouveauté. Reste à transformer l’essai en construisant une stratégie commerciale solide.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui