Réussir vigne 22 novembre 2007 à 11h51 | Par MARIE SAVIN

Les Anglais préfèrent les rouges sucrés et fruités

CÔTES DU RHÔNES >> Premier marché export de l’appellation, l’Angleterre a été la cible d’une large étude menée par Inter Rhône, en partenariat avec l’Institut Good Sense Research afin d’adapter les vins à la demande du consommateur britannique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
GOÛTS DES CONSOMMATEURS Les Anglais aiment les vins du Nouveau monde
GOÛTS DES CONSOMMATEURS Les Anglais aiment les vins du Nouveau monde - © Inter Rhône/Good Research.

L’enquête menée par Inter Rhône avait pour objectifs de connaître les préférences gustatives des consommateurs anglais pour des vins vendus entre 3 et 5 £. Elle a également cherché à déterminer le profil des côtes du rhône le plus apprécié des consommateurs anglais et à le comparer aux vins concurrents internationaux, leaders sur le marché anglais. Les œnologues de l’interprofession ont élaboré 12 vins rouges ayant une base commune et variant selon trois critères : couleur (IC de 5 à 8), fruité et sucrosité (1,6 à 4,5g/l de sucres résiduels, et plus ou moins de glycérol). Les vins ont été soumis à 430 consommateurs moyens, qui les ont classés selon leurs préférences.

 

Pas assez de fruit

Les Anglais préfèrent les côtes du rhône les plus sucrés. Ils les décrivent comme les plus fruités, avec de jolis arômes, du corps, à la fois puissants, concentrés et faciles à boire. Tous les côtes du rhône dégustés ne sont pas assez fruités ni assez sucrés au goût des consommateurs anglais, par rapport aux vins du Nouveau Monde, qui eux-mêmes, sont aussi jugés insuffisamment fruités et sucrés. Parmi les huit vins leaders testés, les préférences suivent le taux de sucre des différents vins, avec l’australien Rose-mount Estate en tête du classement (7 g/l de sucres réduc- teurs), suivi par le chilien Concha y Toro et le californien Blossom Hill. L’équilibre du vin, son boisé, sa rondeur et son côté chaud et épicé sont appréciés. Contrairement à ce qui ressort du test, les Anglais disent accorder davantage d’importance au fruité qu’au sucre. “ Les résultats de cette étude nous ont conforté dans l’idée d’encourager les caves à élaborer des vins selon une segmentation claire du type fruité-corsé. Cela nous a aussi permis d’organiser les programmes de recherche: amélioration de la couleur, de la perception tannique, développement du caractère fruité allant de pair avec la sucrosité et éradication des déviations organoleptiques ”, indique Christophe Riou, directeur technique d’Inter Rhône.
MARIE SAVIN

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui