Réussir vigne 30 septembre 2016 à 08h00 | Par Mathilde Leclercq

Le SGV veut booster la commercialisation des champagnes de vignerons

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Aider les vignerons à commercialiser leurs champagnes et à communiquer, tel est l'objectif qu'a présenté le SGV lors de sa conférence de presse.
Aider les vignerons à commercialiser leurs champagnes et à communiquer, tel est l'objectif qu'a présenté le SGV lors de sa conférence de presse. - © M. Leclercq

Nouveau venu à la tête du SGV (syndicat général des vignerons de champagne), Maxime Toubart compte dynamiser la commercialisation des champagnes de vignerons. Et pour cause, les ventes sont en déclin ces dernières années, notamment sur le marché hexagonal. « Les vignerons sont très présents sur ce segment, qui va plutôt mal. À l’inverse, les maisons de champagne font valoir leur positionnement à l’export, qui est un marché plus porteur », souligne Maxime Toubart. La complexification des démarches administratives et le morcellement du foncier font également partie des raisons invoquées par le SGV pour justifier cette baisse des ventes. « Cela se traduit par une forte dépendance des producteurs vis-à-vis des maisons de champagne. Or nous voulons rétablir l’équilibre », poursuit le président.

Miser sur la pédagogie tout en diversifiant ses circuits de distribution

Le syndicat souhaite mettre en place un réel accompagnement des producteurs, « afin de les aider à commercialiser et à communiquer pour vendre leur histoire ». Il s’appuie pour cela sur une vaste étude, réalisée en mars 2016 auprès de 1 704 personnes. Grâce à ces résultats, le SGV entend mieux cerner les consommateurs de champagne pour s’adapter à leurs demandes. Sans surprise, les enquêtés témoignent de l’image forte et positive associée à cette boisson, symbole de l’art de vivre à la française. Mais il en ressort surtout une grande méconnaissance de la part des consommateurs audités, dont 63 % se perçoivent comme novices. Ainsi que la volonté d’être rassurés et conseillés avant de concrétiser l’achat. Une nouvelle voie s’ouvre donc pour le SGV qui compte miser sur la pédagogie via les vignerons et les prescripteurs. Avec la ferme intention d’inciter les professionnels à diversifier leurs circuits de distribution. Internet constitue également une voie d’avenir sur laquelle le SGV encourage ses adhérents à se positionner. « Je dispose d’un site de vente en ligne sur lequel je réalise des ventes chaque jour. Il faut prendre conscience qu’aujourd’hui le client désire trouver la bouteille qu’il recherche dans son frigo de suite », explique Maxime Blin, membre du bureau du SGV.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui