Réussir vigne 29 août 2013 à 00h00 | Par Emmanuel Brugvin

Le rosé français très apprécié aux Etats-Unis et déprécié en Asie

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La demande pour des vins sucrés est importante 
dans un pays marqué par une 
alimentation industrielle.
La demande pour des vins sucrés est importante dans un pays marqué par une alimentation industrielle. - © Adocom

Aux Etats-Unis, les jeunes raffolent du rosé


Les États-Unis s’affichent comme le nouvel eldorado du rosé. “ Les exportations françaises atteignent 17 M€ (+ 45 % de 2001 à 2012) et en volume de 28 923 hl (+ 38 %), assure Denis Lesgourdes, du vignoble éponyme de Bordeaux et d’Armagnac. Installé à New York, cet importateur croit fermement à la croissance de ce marché de 3 millions d’hectolitres de rosé qui absorbe 14 % de la consommation mondiale et réalise 13 % des ventes locales de vin. ” Le produit séduit les 21-45 ans et un public féminin des grosses métropoles. Les 21-34 ans, les consommateurs de demain, assurent déjà 25 % des ventes. “ Reste une différence en termes de demande pour des produits plus sucrés dans un pays très marqué par l’alimentation industrielle. Le cœur du marché, secteur le plus bataillé essentiellement par des vins de la zone dollar, se situe entre 7,99 $ et 9,99 $. Le Provence (14 % du marché) s’échange entre 9,99 $ et 14,99 $. l

Dégustation de vin rouge à Vinexpo 2013. Les Asiatiques considèrent le vin rosé comme un mélange de rouge et de blanc ou comme  une ” boisson pour les filles “.
Dégustation de vin rouge à Vinexpo 2013. Les Asiatiques considèrent le vin rosé comme un mélange de rouge et de blanc ou comme une ” boisson pour les filles “. - © P. Cronenberger

En Asie, l'image du rosé est à créer


Sur le marché asiatique, tout le monde rêve de conquérir les 1,3 milliard de consommateurs chinois. Mais la consommation annuelle reste faible : 5 litres à Hong Kong, 2,4 litres au Japon, 2,2 litres en Chine, 0,9 litre à Taïwan, 0,8 litre en Corée du Sud. “ Et le rosé est mal connu, voire déprécié, souligne le Taiwanais Chenhao Chen, membre du National Kaohsiung University of Hospitality and Tourism. Les Asiatiques le considèrent comme un mélange de rouge et de blanc ou de produits locaux auquel on aurait ajouté de l’alcool. Le consommateur le stigmatise comme une ” boisson pour les filles “. Traversant deux fois l’équateur en conteneurs non-réfrigérés, le produit perd de ses qualités gustatives. Si le rouge est associé à la viande, le blanc aux fruits de mer, le rosé n’a pas d’identité propre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui