Réussir vigne 19 juin 2015 à 08h00 | Par Xavier Delbecque

Le propriétaire et négociant De Mour joue la carte du casher

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vignes du château Tour Baladoz en Saint-Émilion grand cru.
Vignes du château Tour Baladoz en Saint-Émilion grand cru. - © De Mour

Avec une production réservée à l’avance et un prix de vente supérieur à la référence standard, la famille Schepper aurait tort de se priver du segment casher ! Cela fait quinze ans que sa maison, De Mour, travaille en partenariat avec le négoce Clovis Lesieutre, leader européen du marché des vins et spiritueux casher, sur deux de ses cinq propriétés (château Haut Breton Larigaudière - Margaux et château Tour Baladoz - Saint-Émilion grand cru). Si l’initiative est venue du négociant israélite, la maison De Mour a rapidement saisi l’intérêt de ce marché à part entière. Huit mille cols du premier vin rouge de chaque propriété, soit 10 % du chiffre d’affaires, sont ainsi écoulés tous les ans. « Nous marchons par contrat, que nous renégocions tous les ans, explique Hélène de Schepper, responsable communication. C’est un marché intéressant car il est très stable. Cela nous apporte également de la notoriété, nos vins sont parfois servis à l’Élysée lors de réceptions officielles de représentants israéliens ».

Hélène de Schepper, responsable communication du négociant De Mour : "Le marché casher est un marché sûr."
Hélène de Schepper, responsable communication du négociant De Mour : "Le marché casher est un marché sûr." - © X. Delbecque

Un marché en progression constante. Un autre aspect intéressant de ce marché, c’est qu’il répond à une demande. « Nous ne faisons pas de communication sur ce produit, poursuit Hélène de Schepper. La clientèle est déjà existante. La plupart des vins sont exportés vers Israël et les États-Unis. » En France, le marché des vins casher est estimé à plus de soixante millions d’euros, et celui des États-Unis affiche une croissance de huit pourcents par an. La jeunesse juive se révèle être de plus en plus amatrice et curieuse de vins, ce qui donne une place à chaque région, couleur ou qualité. Malgré cela, peu de domaines acceptent de se lancer dans de telles productions, notamment à cause d’un cahier des charges exigeant.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui