Réussir vigne 30 septembre 2013 à 17h13 | Par Benoît Velut

Le PET, version recyclée

Comment réduire l’impact environnemental de la filière vin ? Le PET multicouches est une bonne alternative au verre, mais il n’est pas recyclable. Le groupe Val d’Orbieu-Uccoar, à travers son projet Novinpak®, cherche à aller plus loin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une nouvelle 
formulation 
de bouteilles avec 50 % de PET recyclé devrait 
bientôt voir le jour.
Une nouvelle formulation de bouteilles avec 50 % de PET recyclé devrait bientôt voir le jour. - © Val d'Orbieu / Wine Way

Le PET, matériau d’avenir ? Léger, permettant une bonne flexibilité marketing, incassable, et plus écolo que le verre… Pas encore assez, aux yeux de Perrine Languet, responsable R & D chez Uccoar. C’est ce qui a motivé le groupe à entreprendre un vaste projet de recherche visant à réduire encore l’empreinte environnementale du PET en y incorporant jusqu’à 50 % de ce même matériau recyclé. “ Bien que la France soit encore trop traditionaliste pour que le PET se développe rapidement, nous avons bon espoir que ce matériau soit mieux accepté avec ce nouvel argument écologique, explique-t-elle. À l’inverse, les pays nordiques y sont très sensibles. ” L’objectif de ce projet, démarré en 2010, est d’étudier et développer ce type d’emballage “ pour pouvoir proposer à nos clients un nouveau conditionnement doté d’une meilleure image environnementale et adapté aux vins à rotation rapide ”, précise Perrine Languet.


Des vins bus dans les deux jours


“ Nous sommes partis du constat que la majorité des vins vendus en grande surface à 3-4 euros étaient consommés dans les deux jours ”, continue Perrine Languet. “ Dans ce cas, pourquoi travailler uniquement avec des emballages comme le PET multicouches, capables de conserver le vin pendant deux ans et qui ne sont ni recyclés, ni recyclables ? ” Afin de garder une sécurité et répondre à des exigences logistiques, le nouveau mélange contenant 50 % de PET recyclé permettra tout de même une conservation dans de bonnes conditions pendant un an. “ La phase d’industrialisation est lancée, les premières bouteilles devraient voir le jour dans 6 à 8 mois ”, conclut Perrine Languet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui