Réussir vigne 06 novembre 2015 à 08h00 | Par Marc-Henry André

Le Paraguay, un marché stratégique aux portes du Brésil

Dépourvu d’industrie viticole, le Paraguay importe deux fois plus de vin que l’Argentine et l’Uruguay réunis. Ses zones franches en font une plate-forme commerciale fréquentée par des consommateurs boliviens et brésiliens attirés par des vins accessibles. Un importateur de premier plan note une tendance récente favorable aux effervescents.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Shopping China

Marché d’exportation de vin insoupçonné en Amérique du Sud à côté du géant qu’est le Brésil, le Paraguay connaît une croissance économique depuis plusieurs années qui a permis la démocratisation de la consommation de vin de qualité. Avec moins de sept millions d’habitants, ce pays frontalier de la Bolivie, du Brésil et de l’Argentine est la plate-forme commerciale du Cône Sud, du fait de ses zones franches frontalières.

Une importation de l’ordre de 30 millions d’euros

Le responsable du secteur agroalimentaire de France Business à Buenos Aires, Damián Bergel, le confirme : “le Paraguay a importé l’an dernier pour 31,5 millions d’euros de vin, alors que l’Argentine, certes grand producteur, pour seulement 4,2 millions d’euros et l’Uruguay pour 10,5 millions d’euros. Nous orientons les producteurs français vers ce pays dépourvu d’industrie viticole et qui donc importe tout ce qu’il consomme. Il faut se rendre sur place et proposer un bon produit, un bon prix et de bonnes conditions commerciales”, explique-t-il en rappelant que son agence, ex UbiFrance, est là pour accompagner les candidats à l’export.

Depuis la ville de Pedro Juan Caballero, située à la frontière du Paraguay et du Brésil, Felicia Villalba, responsable du pôle boissons du distributeur Shopping China qui possède au Paraguay, en Bolivie et en Uruguay, deux hypermarchés, un marché de gros et trois supermarchés spécialisés dans les produits importés et tous implantés en zone franche, informe que “dans [nos] rayons, les effervescents sont à 40 % français. Ils ont supplanté les blancs et les rosés et représentent désormais le quart des vins importés de France, lesquels sont toutefois moins importants en volume que ceux apportés d’Italie par notre enseigne”. Selon elle, “la tendance favorable aux pétillants provient du fait qu’aujourd’hui, tout est prétexte aux célébrations”. Ceux qui ne peuvent s’offrir une bouteille de champagne à 50 euros découvrent les effervescents d’origine française. D’où leur succès. Ils sont consommés frais dans ce pays subtropical où les températures dépassent facilement 40 ºC en été. La fourchette de prix de cette catégorie de vin se situe entre 8 et 14 euros la bouteille. Selon Felicia Villalba, l’origine française est associée dans l’esprit des Paraguayens à la tradition et à la qualité, tandis que la provenance d’Argentine est pour eux synonyme de rouges simples et souvent bon marché. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les prix offerts par les fournisseurs argentins sont loin d’être imbattables, ceci malgré la proximité et l’échelle des vignobles andins. La concurrence des pétillants Français au Paraguay vient plutôt des blancs du Chili.

Un marché assez difficile d’accès

Le Paraguay n’est pas pour autant le nouvel Eldorado de l’exportation. “Obtenir les agréments pour exporter prend des mois", témoigne-t-on au château Suau, dans le Bordelais, qui a référencé ses vins au Paraguay à travers un groupe international. La vigneronne Laurence Olivier, du domaine Fourgeray de Beauclair, en côte-de-nuits, en Bourgogne, s’avoue “pour l’instant déçue” par l’absence de retour sur l’investissement de 10 000 à 15 000 euros dans deux missions commerciales au Paraguay, réalisées en 2013 et l’an dernier. “Notre représentante a rencontré trois importateurs qui se sont montrés très intéressés par nos rouges mais ils n’ont pas donné suite”, relate-t-elle sans s’avouer vaincue. “Peut-être aurions-nous dû nous rendre sur place nous-mêmes, car certains acheteurs étrangers, comme les Asiatiques, aiment rencontrer les vignerons en personne. Peut-être aussi que le niveau de prix des bourgognes est trop élevé pour ce débouché”, analyse-t-elle.

Felicia Villalba en est convaincue : l’éducation du consommateur et la construction locale des marques sont impératives pour développer le marché. Elle est allée dans le Bordelais et en Bourgogne pour la première fois en juillet dernier où elle a découvert que “chaque région est un monde”. Ce séjour lui sera bien utile pour faire connaître à ses compatriotes les vins qu’elle a choisi d’importer.

“ Des vins faciles à boire avec des étiquettes claires ”

Émilie Forterre est responsable commerciale pour l’Amérique latine des grands chais de France. Pour le marché paraguayen du vin, son maître-mot est la simplicité.

" Le marché paraguayen, comme presque tous les marchés sud-américains, reste restreint pour les vins français, car les consommateurs de vin sont encore rares. Les vins argentins et chiliens dominent largement l’offre et il est difficile de s’imposer face à ces vins faciles à comprendre et accessibles. L’une des conséquences de cette proximité géographique est que les vins de cépages ont davantage de succès. Les vins d’appellations, de Bordeaux surtout, ont leur public mais cela reste encore une niche. La clé pour réussir sur ce marché reste la simplicité : des vins faciles à boire avec des étiquettes claires. Du point de vue commercial, les procédures administratives sont lourdes et la maîtrise de la langue est essentielle."

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui