Réussir vigne 11 mai 2005 à 16h45 | Par Catherine Bioteau, d´après le Paysan du Midi.

Languedoc-Roussillon - L´ochratoxine A peut dépasser la norme

Attention, les vins du pourtour méditerranéen peuvent dépasser la nouvelle norme européenne en matière d´ochratoxine A. L´ICV conseille un contrôle des vins en cave.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La teneur légale maximale en ochratoxine A (OTA) vient d´être fixée à 2 µg/kg, pour tous les vins à partir de la récolte 2005. Cette nouvelle réglementation européenne vise à protéger les consommateurs, l´OTA étant cancérigène. Mais elle risque de gêner quelques producteurs. Car, selon les résultats de l´Institut coopératif du vin, qui suit depuis deux ans les teneurs en OTA des moûts méditerranéens, cette nouvelle norme européenne est parfois dépassée.
« En 2004, 6 % des moûts renfermaient plus de 2 µg/l », indique Jacques Rousseau de l´ICV. Il faut dire que globalement le niveau de contamination des moûts en OTA était plus important en 2004 qu´en 2003, où un seul des 50 moûts analysés dépassait la norme. « La contamination concerne autant les rouges que les blancs avec en 2004, 53 % de blancs et 62 % de rouges à plus de 1 µg/l. »

Faire une évaluation sur quelques cuvées
« Il serait donc prudent, estime Jacques Rousseau, de réaliser dans chaque cave une évaluation interne des risques, par quelques analyses réalisées sur les vins actuellement en cave, des millésimes 2004 et antérieurs. Cela permettrait d´envisager la mise en place d´actions préventives au vignoble dès ce printemps. » Le pourcentage des moûts fortement contaminés (>1µg/l variant de 10 à 50 % d´une année sur l´autre, le spécialiste estime qu´il est inutile d´envisager un contrôle systématique des cuves mais qu´une évaluation par sondage suffit. Les contrôles doivent être destinés en priorité aux vins issus de parcelles à risque, par exemple proches de la mer (moins de 30 km) ou à faible altitude (moins de 100 m), ou encore aux vins issus d´une vendange attaquée par les vers de la grappe (principal facteur de contamination), ou issus d´une vendange récoltée à maturité avancée.
Il faudra également tenir compte des exigences des acheteurs, certains cahiers des charges imposent en effet des teneurs en OTA plus restrictives que la norme européenne, comme la grande distribution, qui peut exiger moins de 0,5 µg/l ou le Canada qui demande moins de 1 µg/l.

Coût de revient
Le laboratoire d´analyses chromatographiques de l´ICV dans l´Hérault réalise les analyses d´OTA sous huit jours maximum, pour un coût proche de 100 euros par analyse, avec des tarifs dégressifs pour les analyses en nombre. C´est le premier laboratoire accrédité Cofrac pour les analyses d´OTA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui