Réussir vigne 22 juillet 2008 à 16h40 | Par C. Galbrun

Interprofession du vin de cahors - Lancement du Plan Malbec

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour renouer avec la croissance, l'AOC cahors veut tout miser sur son cépage emblématique qu'est le malbec et qui bénéficie actuellement sur les marchés d'exportation, d'un engouement certain. L'UIVC (Union interprofessionnelle du vin de Cahors) aidée du syndicat des vins de pays du Lot lance une étude marketing afin de "repositionner l'offre cahors dans le cadre d'une gamme plus large en malbec et de disposer d'une gamme de vins plus conquérante sur les marchés, notamment étrangers".Ce Plan Malbec, financé par l'UIVC, pourrait se baser sur la nouvelle segmentation européenne, mise en place par l' OCM (organisation commune de marché) et aboutir à la coexistence d'un malbec avec indication géographique soit l'actuelle AOC cahors et à un vin de cépage malbec sans indication géographique. Reste à savoir toutefois, dans cette configuration, quelle sera la place laissée aux actuels vins de pays du Lot. Une étude "amont" sera par ailleurs réalisée par la chambre d'agriculture du Lot afin de mener auprès des vignerons un travail d'identification parcellaire et de mise en place d'itinéraires techniques selon leurs potentialités pour s'intégrer au mieux dans cette nouvelle segmentation. "Plus qu'un pilotage par l'aval, il s'agit de retrouver une cohérence politique et un véritable esprit de filière et de partenariat entre la production et le négoce", indique Jean-Marie SIgaud, président de l'UIVC. Ce Plan Malbec devrait être terminé fin novembre 2008. Si l'économie de l'AOC cahors est en voie d'assainissement, selon l'UIVC, deux éléments au moins, ont incité les professionnels cadurciens à lancer ce plan : 45 % des cahors vendus en hypermarchés le sont à moins de 2 euros; entre 80 et 85 % des volumes de cahors sont vendus en France. "Il nous faut sortir du piège de cette stratégie trop franco-française et de premiers prix", affirme Jérémy Arnaud, directeur marketing de l'UIVC. Le lancement de ce plan malbec augure mal, du moins pour l'instant d'un éventuel rapprochement de l'UIVC avec le comité de bassin sud-ouest. "Nous ne sommes pas opposés à la création d'une interprofession régionale mais nous sommes aussi pour le respect des identités spécifiques à chaque vignoble. Cahors a une vraie notoriété. Fondre nos quelque 250 000 hl dans les 3,5 millions d'hl que rassemblent le sud-ouest n'est pas sans risque et notamment celui pour Cahors d'y perdre son âme. Nous ne pouvons pas oublier non plus que nous avons des problèmes budgétaires. On ne peut pas augmenter aujourd'hui les cotisations demandées aux vignerons compte tenu de leur revenu alors que dans le même temps, l'accroche malbec associée à cahors étant porteuse, nous nous devons de surinvestir sur cahors", explique Jean-Marie Sigaud.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui