Réussir vigne 04 juin 2015 à 08h00 | Par Clara de Nadaillac

Inter-Rhône mise sur la formation

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Inter-Rhône veut développer les échanges linguistiques pour les jeunes.
Inter-Rhône veut développer les échanges linguistiques pour les jeunes. - © vins-rhone.com

Préparer la vallée du Rhône aux nouveaux enjeux mondialisés de demain. C’est l’objectif du président d’Inter-Rhône, Michel Chapoutier. Pour ce faire, le conseil d’administration a validé deux axes de travail. Le premier consiste à doter l’interprofession d’outils prospectifs. Le but est que tous les acteurs de la filière soient non seulement au courant du "business" de la région, mais aient une vision de l’avenir. "Il faut que chaque entreprise établisse un business plan à dix ans, peut être à l’aide des banques qui savent faire cela, indique Michel Chapoutier. Ensuite, l’interprofession pourra compiler ces données et donner un axe de développement."
Le second axe concerne la formation des futurs acteurs de la filière. Inter-Rhône souhaite mettre en place un système d’échange linguistique pour les enfants de viticulteurs ou d’acteurs de la filière, avec les pays ou les régions producteurs de vin et dotés de cépages rhodaniens. Et ce, à partir de la troisième. « En troisième et seconde, il s’agirait surtout d’un échange linguistique, poursuit Michel Chapoutier. En revanche, pour la première et la terminale, ainsi que pour le cycle secondaire, nous aimerions arriver à ce que le séjour se fasse sous forme de stage. »

Arnaud Pignol et Michel Chapoutier, respectivement délégué général et président de l'interprofession rhodanienne, ont présenté les axes de travail prioritaires pour s'adapter aux nouveaux enjeux : les outils prospectifs et la formation des futurs acteurs de la filière.
Arnaud Pignol et Michel Chapoutier, respectivement délégué général et président de l'interprofession rhodanienne, ont présenté les axes de travail prioritaires pour s'adapter aux nouveaux enjeux : les outils prospectifs et la formation des futurs acteurs de la filière. - © C. de Nadaillac

Enjeux mondialisés

Pour mettre en place cet ambitieux projet, l’interprofession va travailler avec les universités et associations californiennes, australiennes et néo-zélandaises. Des contacts ont déjà été pris en Californie, afin de repérer des familles de viticulteurs ayant des enfants d’âge similaire et acceptant d’accueillir des Français. Côté hexagonal, Inter-Rhône sonde la filière pour savoir qui serait intéressé par la formule et disposé à recevoir des jeunes étrangers, et noue des liens avec les lycées agricoles de la région. "Nous aimerions déclencher quelques échanges ponctuels dès cet été, confie Arnaud Pignol, délégué général de l’interprofession. Mais cela devrait surtout monter en puissance à partir de 2016." Pour financer ces voyages, l’interprofession « aidera les moins à l’aise » promet Michel Chapoutier, et un système de bourses pourrait être mis en place. Mais à ce jour, aucun chiffre n’est avancé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui