Réussir vigne 12 octobre 2007 à 11h01 | Par Claudine Galbrun et Marion Ivaldi

Filière - La réforme de l´agrément des AOC continue de faire des vagues

Fantasme ou réalité ? La réforme de l´agrément des AOC n´en finit pas de provoquer des remous. L´UFC Que choisir a jeté un pavé dans la mare, soutenue par Sève. Tandis que les VIF crient au " génocide des vignerons ".

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A l´échelle de la planète viticole, on peut dire que l´UFC-Que choisir a provoqué un séisme en déclarant, au terme d´une étude réalisée auprès de 75 professionnels de la filière, restés anonymes il est vrai, qu´un tiers des vins d´appellation devait être éliminé. A tel point que certains opérateurs ont du monter au créneau auprès de leurs acheteurs, britanniques notamment, pour tenter d´éteindre l´incendie. Avec cette entrée en fanfare des consommateurs dans le débat autour de la réforme de l´agrément, faite au nom du vin " en tant qu´élément de culture et du patrimoine ", ces derniers ont formulé des propositions pour que cette réforme ne soit pas " en trompe-l´oeil ".
Selon Alain Bazot, président de l´UFC-Que choisir, " Il n´est pas sûr que la réforme envisagée soit la bonne d´autant plus que certains professionnels émettent des doute quant à sa pertinence. " Afin de redonner tout leur lustre d´antan aux vins AOC et de refaire de ce signe de qualité qu´est l´AOC une marque de confiance pour le consommateur, l´UFC demande que l´Inao trace une " ligne de démarcation " entre ce qui relève purement de l´AOC et les produits marketing obéissants simplement à une logique commerciale et n´hésite pas à déclasser les productions non conformes.
Pour l´UFC Que Choisir et Sève, il faudrait " une ligne de démarcation " claire entre les vins qui relèvent d´une logique d´AOC et les vins issus d´une démarche marketing. ©S. Randé

« Refuser les organismes d´inspection qui conserveraient un lien avec les professionnels »
La filière doit aussi faire le choix de contrôles indépendants, estime encore l´association. " Alors que tous les produits sous signe de qualité ont fait le choix de la certification, pourquoi la filière viticole devrait-elle se contenter de l´inspection ? Elle doit, pour sa crédibilité, refuser les organismes d´inspection qui conserveraient un lien avec les professionnels. Nous avons conscience de demander aux professionnels une révolution mais c´est vraiment la réforme de la dernière chance afin de redonner d´ici dix ans toute leur crédibilité aux vins d´AOC ", indique encore Alain Bazot. Cette prise de position des consommateurs a été largement saluée par l´Association Sève qui estime que l´UFC pointe exactement du doigt le coeur des enjeux de la réforme de l´agrément : une segmentation claire et lisible pour le consommateur de l´offre de la viticulture française et une réécriture pour le segment des vins de terroir des cahiers des charges répondant à la définition originelle de l´AOC. " On pourrait discuter longuement sur la précision ou la fiabilité des chiffres produits par l´UFC pour appuyer ses affirmations.
Alain Bazot, président de l´UFC-Que choisir : « Nous avons conscience de demander aux professionnels une révolution mais c´est vraiment la réforme de la dernière chance. » ©DR

Ce ne serait pas sans intérêt mais l´essentiel est que l´analyse est incontournable. Elle ne fait que reprendre ce que tout le monde du vin sait parfaitement mais évite depuis trente ans d´affronter ", indique encore Sève. Les VIF (Vignerons indépendants de France) poursuivent eux aussi leur offensive contre cette réforme tout en haussant le ton : " La réforme des AOC, c´est le génocide des vignerons qui produisent des AOC ", tempête Xavier de Volontat, président des VIF. Le cahier des charges préparé est, selon lui, une " usine à gaz " car il prévoit des critères qui n´ont rien à voir avec le terroir. " On est sur la validation d´un process et l´on ne s´interroge pas sur la question du terroir et de l´origine ", déplore-t-il. " Il s´agit en effet d´une réforme normative et réglementaire. On parle d´osmose inverse, de thermovinification. des systèmes de vinification qui n´ont rien à voir avec le terroir ", complète Michel Issaly, vice-président.
Ces critères pourraient également, selon les VIF, remettre lourdement en question la pérennité des petites exploitations à cause des investissements inhérents. " Et je préfère disparaître parce que je n´ai pas su m´adapter au marché plutôt que parce que je ne réponds pas à un cahier des charges ", martèle Xavier de Volontat. Las de ne pas être entendus par les instances nationales et de se voir refuser le débat par la CNAOC, les Vignerons indépendants se tournent vers leur base en leur envoyant un tract présentant les dangers de la réforme intitulé " AOC, exception française menacée, attention entreprise en voie de disparition ". Ce tract vise à inciter les vignerons à s´intéresser aux cahiers des charges rédigés par leur syndicat. Cependant, Xavier de Volontat reste lucide : " Nous n´avons pas les moyens de bloquer l´application de la réforme mais j´aurais exprimé mes craintes. " Des craintes infondées, selon la Cnaoc qui relèvent du " fantasme " et qui disparaîtront " si l´on sait faire preuve de pédagogie ".
L´Inao a d´ailleurs mis en place une structure de suivi de la mise en place de cette réforme pour identifier les problèmes qui pourraient survenir et y remédier. " Il faut arrêter de parler de cette réforme d´une manière théorique. C´est régionalement et localement que doivent avoir lieu les débats afin que les vignerons réfléchissent à la réécriture de leurs décrets et à la définition de leur plan de contrôle. " Et la Cnaoc de mettre en garde : " il va y avoir une réforme qui va faire le grand ménage dans la filière : celle de l´OCM (Organisation commune de marché). Car si celle-ci autorise, ce qui est plus que probable, la mention du millésime et du cépage sur les vins de table, il va y avoir des repositionnements vers ces nouveaux produits. Voilà bien le sujet sur lequel il faudrait se mettre au travail ".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui