Réussir vigne 07 décembre 2007 à 13h52 | Par I. Proust

Etude - De nouvelles pistes pour les co-produits du raisin

Dans la perspective de la fin des aides à la distillation des co-produits, la Champagne étudie de nouveaux modes de valorisation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les co-produits du raisins peuvent être transformés en compléments alimentaires ou en conservateurs agro-alimentaires.
Les co-produits du raisins peuvent être transformés en compléments alimentaires ou en conservateurs agro-alimentaires. - © P. Cronenberger
“Chaque année, en Champagne, près de 400 000 tonnes de raisins sont récoltées, générant près de 150 000 tonnes de déchets : pépins, pellicules, chairs etc... Ces déchets sont actuellement en majorité distillés”, explique Pascal Lherrant, directeur du développement économique de la communauté de communes Epernay Pays de Champagne (CCEPC). Mais la fin de l’aide à la distillation remet en question cette voie de traitement, c’est pourquoi une réflexion a été engagée par la CCEPC sur la valorisation des co-produits de raisins, associant le Syndicat général des vignerons et l’interprofession. L’Adit, l’Agence pour la diffusion de l’information technologique, a dans ce cadre réalisé une étude sur la valorisation des co-produits du raisin. Elle estime à 2 millions de tonnes en France le gisement de co-produits valorisables. “Ils constituent une matière première accessible à faible coût, qui pourra être transformée en produit à forte valeur ajoutée, vendus jusqu’à plusieurs centaines d’euros par kg”, indique l’étude.
Des conservateurs
au bâtiment
Outre l’utilisation des polyphénols en cosmétologie, l’étude pointe d’autres débouchés dans le domaine pharmaceutique, notamment sous forme de compléments alimentaires. Les propriétés des polyphénols pourraient également selon l’Adit être mises à profit en agro-alimentaire dans des conservateurs (inhibition de l’oxydation des lipides dans la viande réfrigérée, inhibition du développement de micro-organismes tels que la listeria etc.).
Le bâtiment constitue un autre débouché à développer. L’acide tartrique du raisin, déjà utilisé en traitement de surface, polissage, nettoyage de métaux, retardateur de prise dans le travail du plâtre, pourrait aussi, ajouté au ciment, en augmenter la dureté.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui