Réussir vigne 06 avril 2001 à 10h02 | Par Claudine Galbrun

Etat des travaux : définir l´agriculture raisonnée

Les discussions vont bon train autour de l´agriculture raisonnée. Un projet de décret ou d´article de loi pourrait être élaboré d´ici avril et débattu au Parlement en juin pour une application début 2002.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En l´état actuel des travaux, tout le monde s´est mis d´accord sur ce que doit être l´agriculture raisonnée. "L´agriculture raisonnée se caractérise par la mise en ouvre de moyens techniques dans une approche globale de l´exploitation. Le mode de production raisonnée en agriculture correspond à une démarche globale de gestion de l´exploitation qui vise, au-delà du simple respect de la réglementation, à renforcer les impacts positifs des pratiques agricoles sur l´environnement et en réduire les effets négatifs, sans remettre en cause la rentabilité économique des exploitations. Au-delà des impératifs de la sécurité sanitaire des produits agricoles qui s´imposent à toutes les productions, le mode de production raisonnée peut contribuer à l´amélioration de la maîtrise des risques sanitaires et à l´amélioration du bien-être animal.
Il peut ainsi contribuer à apporter des réponses aux attentes de la société". Au vu de cette définition mise au point dans le cadre du CSO (Comité supérieur d´orientation de l´économie agricole) - structure qui rassemble des producteurs, des transformateurs, la grande distribution, les ministères de l´Economie et des Finances, de l´Environnement et de l´Aménagement du territoire ainsi que des consommateurs - susceptible encore d´être modifiée, trois principes semblent acquis : c´est une démarche volontaire car elle va au-delà de la seule réglementation ; elle concerne l´ensemble des productions et ateliers de l´exploitation ; c´est une démarche évolutive. Reste à prouver que l´agriculteur est effectivement engagé dans cette démarche afin de créer et de développer la confiance avec le dernier maillon de la chaîne, à savoir le consommateur. Le ministère de l´Agriculture souhaiterait mettre en place la qualification des exploitations, un dispositif à mi-chemin entre une auto-évaluation des aptitudes de l´exploitant à limiter les impacts environnementaux de son activité, ce qui pourrait manquer de crédibilité, et une certification, type norme Iso, difficilement applicable en agriculture et surtout très ou trop coûteuse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui