Réussir vigne 28 novembre 2013 à 08h00 | Par Ludovic Vimond

Essais matériel - Troisième édition du Forum pulvé

Pour sa troisième session, la section viticole des Groupements de Cognac, l’IFV, les chambres d’agriculture des Charentes et la MSA ont testé cinq pulvés traînés pour vignes larges, en arcure palissée et en arcure haute.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pulvérisateur UEZ S 1000-Q14-H.
Pulvérisateur UEZ S 1000-Q14-H. - © L. Vimond

Weber - UEZ S 1000-Q14-H

 

D’une contenance de 1000 litres, ce pulvérisateur à jets portés comporte quatre descentes, dont chacune est dotée d’un ventilateur à flux tangentiel animé hydrauliquement (régime variable de 1060 à 2100 tr/min) : une centrale hydraulique pourvoit tous les besoins du pulvé. La pompe à pistons-membranes alimente les cinq buses à turbulence Albuz ATR 80 lilas (0,28 l/min à 3 bars). Selon le régime des ventilateurs, les besoins en puissance varient entre 10,4 et 29,5 ch (consommations de 6,3 à 9 l/h). Précise jusqu’à 600 litres, la jauge humide sur le côté gauche dévie à partir de 800 litres. L’appareil Weber se distingue par la présence d’un débitmètre en cabine, par la facilité de nettoyage au champ, synonyme d’économie d’eau et par la présence d’un contrôle hydraulique. En revanche, le poste de remplissage reste à améliorer, tout comme le positionnement des robinets de gestion d’eau, le carénage des circuits hydrauliques et la possibilité de débrayer les ventilateurs.
Réalisée à une pression de 7 bars au manomètre (6,8 bars aux sorties), la pulvérisation est effectuée à une vitesse de 5,8 km/h en arcure palissée et 6,3 km/h en arcure haute, soit des débits de chantier respectifs de 3,03 et 3,29 ha/h. Si la quantité de produits atteignant la vigne demeure dans la moyenne, l’homogénéité de pulvérisation est remarquable à tout point de vue : répartition verticale, pénétration au cœur du feuillage, mais surtout traitement des faces inférieures.

Le Koléôs (à gauche) et le KWH Turbo 3.
Le Koléôs (à gauche) et le KWH Turbo 3. - © L. Vimond

Dhugues - Koléôs

 

D’une capacité de 1 000 litres, cet appareil deux rangs à jets portés est doté de buses Albuz (4 par face) CVI 80 015 (injection d’air basse pression, 0,58 l/min à 3 bars) et de panneaux récupérateurs en polyéthylène avec des sorties d’air orientées vers l’avant. Maniable, il dispose également de systèmes antigouttes fermables et d’un incorporateur de série situé à l’arrière. Le Koléôs bénéficie de deux pompes, l’une montée sur le timon articulé à pistons-membranes de 115 l/min pour la pulvérisation, l’autre péristaltique animée électriquement pour la récupération des produits. Les mesures volumétriques ont montré que la jauge par transparence sur le côté gauche est très précise. Une seconde jauge prend place à l’arrière droit de la cuve. Absorbant une puissance mesurée à 36 ch (soit une consommation de 9,9 l/h), l’appareil a évolué à 6,2 km/h en arcure palissée et 6,4 km/h en vigne à arcure haute, soit un débit de chantier respectif de 3,23 et 3,34 ha/h.
Simple d’utilisation et offrant un accès facile aux organes d’entretien, le Koléôs mériterait une meilleure protection du branchement hydraulique des ventilateurs et un accès plus aisé à l’orifice de remplissage.
À l’issue des essais de pulvérisation, il ressort que 15 % du produit est récupéré (à la mi-juillet). L’appareil se distingue également par des pertes très faibles de produit dans l’atmosphère (1 à 6 %, selon les estimations de l’IFV) et sur le sol (8 à 10 %). Deux tiers à trois quarts atteint la vigne (50 % en moyenne sur les autres appareils). C’est aussi l’appareil qui impacte le mieux la zone fructifère. En revanche, la face inférieure du feuillage manque parfois d’impacts notamment en partie haute. Un panachage des buses (injection d’air en haut et en bas et standard pour les deux du milieu) aurait peut-être pu améliorer la pénétration dans le feuillage.

 

Chabas - KWH Turbo 3

D’une capacité de 1500 litres, le pulvé pneumatique KWH Turbo 3 est doté d’une rampe pendillard traitant trois rangs. La rampe est composée de tubes métalliques assurant à la fois la structure et le transport de l’air en provenance de la turbine. L’originalité de cet appareil tient dans le système électrostatique (option) qui charge les gouttes positivement en sortie des mains. La pompe centrifuge en inox demande peu d’entretien et a fourni une pression mesurée à 1,5 bar aux sorties. Indexée en l/h, une réglette permet de doser le débit par face traitée. La jauge humide est relativement précise (autour de 7 %). Absorbant une puissance de 58 ch (soit une consommation de 12,7 l/h avec le tracteur du test), l’appareil évolue à une vitesse de 6 km/h et un débit de chantier de 4,70 ha/h. Offrant une bonne homogénéité du flux d’air, le KWH Turbo 3 pêche par sa hauteur (stabilité). On regrette également l’absence d’indentification des vannes et le manque de contrôle du fonctionnement du circuit électrique générant l’électricité statique. Du côté de la pulvérisation, l’IFV a noté une application moyenne et régulière du produit, notamment en arcure haute. Le système électrostatique n’améliore pas les performances. La face inférieure du feuillage est dans l’ensemble plutôt bien atteinte.

Le Speedflow Progress (à gauche) et le Vectis Précijet.
Le Speedflow Progress (à gauche) et le Vectis Précijet. - © L. Vimond

Grégoire - Speedflow Progress

 

D’une capacité de 1500 litres, cet appareil pneumatique trois rangs est doté de six descentes souples Flexispray à cinq jets. Les trois jets du haut sont pourvus de pastilles Albuz AMT (débit mesuré 1,08 l/min à 2 bars), tandis que les deux pastilles AMT du bas délivrent un débit mesuré à 0,94 l/min à 2 bars. Cet appareil dispose également d’antigouttes refermables et d’une régulation DPAE.
Parmi les points forts, la flexilibilité des descentes permet de passer les obstacles et de limiter les casses et usures de la rampe. Les pictogrammes facilitent l’utilisation et le nettoyage s’effectue rapidement. En revanche, les deux jauges humides situées à l’avant et sur le côté gauche (précision de l’ordre de 3-4 %) manquent de lisibilité. La signalisation routière est à améliorer, tout comme l’accès à l’orifice de remplissage.
Lors des tests de pulvérisation, le Speedflow évoluait à une vitesse autour de 5,2 km/h, soit un débit de chantier de l’ordre de 4 ha/h. Les quantités de produit déposées sur la vigne sont assez faibles. Si la répartition verticale est plutôt bonne, la face inférieure et la zone fructifère sont sous-dosées. Un réglage différent dans la végétation aurait pu donner de meilleurs résultats.

 

Tecnoma - Vectis Précijet

 

D’une autonomie de 1000 litres, le Vectis présenté est un appareil traîné trois rangs à jets portés. Il dispose de six descentes Précijet, recevant chacune cinq buses à turbulence Teejet TXA 80 0067 VK délivrant 0,33 l/min à 5 bars. Il reçoit également une pompe à pistons-membranes, une régulation Regulair à pression constante, des antigouttes refermables, un jet rotatif pour le nettoyage de la cuve, ainsi qu’un kit Autonet automatisant le rinçage. Située à l’avant, la jauge humide se révèle à peu près exacte uniquement à 1000 litres. Maniable, le Vectis absorbe une puissance de 22,5 ch, soit une consommation de 8 l/h. Lors des essais, le pulvé évoluait à une pression de 7 bars au manomètre (6,7 aux sorties), à une vitesse de 6,8 km/h sur arcure palissée et 6,4 km/h sur arcure haute, soit des débits de chantiers respectifs de 5,32 et 5,01 ha/h.
L’appareil fait état d’un bon brassage de bouillie en cuve et d’une bonne gestion de l’eau claire. Parmi les points à améliorer, le positionnement de la vidange de cuve et l’accessibilité de la pompe pour la maintenance des hydro-injecteurs pourraient être mieux adaptés.
Pour ce qui est de la qualité d’application, près de 60 % du produit atteint la vigne. En arcure haute, le produit atteint aussi bien le dessus que le dessous du feuillage, sauf au cœur de la végétation. La zone fructufière n’est, par contre, pas assez touchée. Ceci n’est pas le cas en arcure palissée en ce qui concerne la zone fructifère. En revanche, le dessous des feuilles du cœur de végétation manque également d’impacts.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui