Réussir vigne 31 janvier 2012 à 14h21 | Par Claudine Galbrun

Essais IFV - Comment adapter la pulvérisation foliaire azotée en viticulture biologique

La pulvérisation foliaire azotée en viticulture biologique pourrait être une solution pour améliorer le statut azoté des moûts sous réserve de l’utilisation à dose conventionnelle de préparations à base d’azote d’origine organique. Ce qui pose un sérieux problème de coût.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
EN UTILISANT DES DOSES DE 10 KG/HA de produits azotés autorisés en viticulture biologique, l’IFV a obtenu un gain d’azote dans les moûts variant de 20 à 50 % selon la spécialité utilisée.
EN UTILISANT DES DOSES DE 10 KG/HA de produits azotés autorisés en viticulture biologique, l’IFV a obtenu un gain d’azote dans les moûts variant de 20 à 50 % selon la spécialité utilisée. - © L. Vimond

En viticulture conventionnelle, la pulvérisation foliaire azotée sur vigne, à véraison, en fractionnant les apports et après avoir mouillé le feuillage à raison de 400 l/ha, a montré, via les travaux de Thierry Dufourcq de l’IFV Sud-ouest, qu’elle permettait d’enrichir les moûts en azote de façon proportionnelle à la quantité d’azote pulvérisée. “ Avec une pulvérisation de 10 kg par ha, on obtient un enrichissement du moût en azote de 50 % par rapport au témoin non traité. ” L’IFV a donc cherché à savoir si cette technique pouvait être utilisée en viticulture biologique dont le contexte de production est favorable notamment à un moindre statut azoté des moûts. “ Dans un premier temps, nous avons testé des produits autorisés en agriculture biologique aux doses préconisées mais ces derniers étant de formulation complexe, n’ayant qu’une faible teneur en azote, avaient plutôt un effet stimulant pour la plante mais sans effet sur l’azote du mout. Ce constat nous a amené à les utiliser à des doses que nous considérons comme efficaces soit de 10 kg/ha. Nous avons ainsi obtenu un gain d’azote dans les moûts variant de 20 à 50% selon la spécialité utilisée ”, précise Thierry Dufourcq.  “ En 2011, nous avons cherché à confirmer les résultats obtenus sur la quantité d’azote dans les moûts avec, à nouveau, des apports de 10 kg/ha et en associant de l’urée à du soufre et à du purin d’ortie. Le gain d’azote dans les moûts a été observé mais toutefois, avec de fortes variations intra-parcellaires. Il semble donc que la technique de pulvérisation foliaire soit adaptée à la viticulture biologique mais des efforts doivent être faits pour mettre au point une formulation plus riche en composés azotés, acceptable en production biologique et facilement assimilable par le feuillage comme par exemple les formes nitrates. Cela permettrait de diminuer les doses à pulvériser et donc de diminuer les coûts. Car à doses conventionnelles, les produits actuels ne sont pas pour l’instant compétitifs.

C. G.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui