Réussir vigne 18 juillet 2003 à 14h50 | Par Julien Huchette

Entretien des sols viticoles : « Le Tournesol de Pellenc, un intercep satisfaisant »

Le Tournesol, un intercep commercialisé par Pellenc se montre intéressant même en situation de sol pierreux. Peu efficace en cas de fort enherbement, il doit être utilisé pour un entretien très régulier du sol.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´ITV a testé l´intercep « Tournesol » de Pellenc. « C´est un outil satisfaisant s´il est utilisé au bon moment, pas trop rapidement, dans une parcelle s´y prêtant bien et avec des réglages effectués soigneusement », indique Christophe Gaviglio de l´ITV de Montpellier. Pour être plus précis, le Tournesol n´apparaît « intéressant » que lorsque la densité des adventices n´est pas trop importante et les plantes érigées d´un diamètre pas trop volumineux. « Cela montre l´importance de la date de passage de l´outil par rapport au stade de développement des mauvaises herbes. » Le Tournesol réalise ainsi un travail intéressant sur jeunes plantes et en entretien « mais il ne peut pas être utilisé pour " débroussailler " ».

Dans la moitié des cas, un mauvais désherbage vient d´un mauvais réglage. « Le problème vient de l´alignement de l´outil sur le rang mais peut venir également de la conduite ». Même avec un recentrage automatique de l´outil sur le rang, il convient donc de surveiller la conduite. De plus, « il est net que le recentrage est d´autant plus efficace que les souches sont bien droites ». Il est nécessaire de s´assurer que les palpeurs de recentrage ne font que frôler les souches lorsque l´outil est bien centré dans l´inter-rang « afin que le système ne se déclenche que lorsque c´est nécessaire. » L´inclinaison de l´outil et le choix de la bonne dureté pour le retour de la cloche interviennent également dans le bon recouvrement et l´efficacité du désherbage.
©D. R.


La vitesse doit être limitée à 3-4 km/h
Concernant l´état du terrain, « même des pierres, de taille assez importante, ne semblent pas gêner le Tournesol dans sa progression. Cependant, cela peut occasionner la projection de pierres dans l´inter-rang. De plus, des pierres peuvent se coincer dans les lames sans que l´on s´en aperçoive immédiatement. » La conformation du terrain ou la présence de pierres contribuent par contre à soulever la cloche au passage des ceps, les exposant à des blessures par les couteaux. La vitesse doit être limitée à 3-4 km/h. « Dans nos conditions d´essais une vitesse de 4,5 km/h a entraîné des blessures de souches plus importantes. »
Le passage de remplaçants bien tuteurés ne pose pas de problème avec le réglage normal « Mais, il convient dans le cas d´un plantier d´avancer très doucement et de choisir un réglage plus lâche. » De même, indique Christophe Gaviglio, « quand les jeunes plants sont tuteurés avec un seul piquet assez souple, le bambou par exemple, il y a un risque de sectionnement du plant ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui