Réussir vigne 13 août 2007 à 18h10 | Par Claudine Galbrun

En Suisse - La Juiceliner pour vendanger et " presser " simultanément

La Haute École de Wädenswil travaille à la mise au point d´une machine, baptisée Juiceliner, qui associe récolte automatique et pressurage en continu directement à la vigne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les premiers pas dans la vigne de la Juiceliner, fruit de la réflexion des chercheurs de la Haute Ecole de Wädenswil en Suisse, ont été faits en 2005. Depuis, elle a été testée au Chili et en Allemagne. Des essais sont également prévus en France lors des prochaines vendanges. La Juiceliner se compose donc d´une machine à vendanger, munie d´un égrappoir et d´un décanteur, qui est en fait une centrifugeuse, qui " presse " le raisin et clarifie le moût obtenu. Ce nouveau système de pressurage a été développé en collaboration avec deux entreprises allemandes, Ero, constructeur de machines viticoles et Westfalia Food Tec, un spécialiste des techniques de décantation et de séparation. Il fait l´objet d´un brevet. A noter que le rendement en jus est inférieur de 1 à 3 % par rapport à un pressurage classique. Le jus peut ensuite être recueilli dans un tank situé sur la machine qui, une fois rempli, est chargé sur un camion pour rejoindre la cave.
" Actuellement, ce tank n´a qu´une capacité de 800 l. Nous travaillons à augmenter ses capacités pour le porter de 1000 à 2000 l ", explique Jérôme Galli, oenologue de la Haute Ecole de Wädenswil. Pour des vignobles de plus grande taille, deux tracteurs remorquant des tanks peuvent suivre la Juiceliner et alternativement recevoir le jus ce qui permet à cette dernière de travailler en continu.
La Juiceliner se compose d´une machine à vendanger, munie d´un égrappoir et d´un décanteur, qui est en fait une centrifugeuse, qui " presse " le raisin et clarifie le moût obtenu. ©DR

Un intérêt d´ordre qualitatif et économique
L´intérêt de la Juiceliner est avant tout d´ordre qualitatif et économique, estime Jérôme Galli. " Avec cette machine, on réduit de manière importante le temps qui sépare la récolte du pressurage ce qui limite le développement de micro-organismes responsables de dérives organoleptiques. On élimine également la phase de clarification des moûts qui est réalisée par le décanteur sur la machine. " Pour éviter l´oxydation des jus, un ajout de SO2 est pratiqué. Les chercheurs de Wädenswil sont en train de développer un système de dosage du SO2, d´agents de clarification et d´enzymes. " Au Chili, sur des sauvignon blanc et des gewurztraminer, cépages sensibles à l´oxydation, nous avons obtenu de très bons résultats au niveau aromatique. " Les tests organoleptiques et analytiques réalisés sur les vins obtenus par Juiceliner montrent d´ailleurs que ces vins sont au même niveau qualitatif que ceux issus de vendanges mécaniques traditionnelles, indique Jérôme Galli. La Juiceliner devrait être commercialisée en 2009 pour un prix estimé à 350 000 euros.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui