Réussir vigne 14 décembre 2015 à 08h00 | Par Marie-Noëlle Charles

En Gironde, des haies pour "mieux vivre ensemble"

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un programme de plantation de 1200 mètres linéaires de haies, en bordure des sites sensibles, se déroule cet automne sur l'appellation des côtes de Bourg, pour protéger les personnes vulnérables des produits phytosanitaires.
Un programme de plantation de 1200 mètres linéaires de haies, en bordure des sites sensibles, se déroule cet automne sur l'appellation des côtes de Bourg, pour protéger les personnes vulnérables des produits phytosanitaires. - © ODG côtes de Bourg

Les viticulteurs des côtes de Bourg, en Gironde, démarrent cet automne un programme de plantation de 1200 mètres linéaires de haies, en bordure de vingt sites sensibles de leur appellation. Par site sensible, il est entendu un lieu où se trouvent des personnes vulnérables (enfants, personnes âgées, personnes malades). Au total 24 ont été recensés dès le printemps 2015.

"Cette démarche permet d’anticiper"

Cette action est le second volet de la démarche "mieux vivre ensemble" pour laquelle 27 vignerons ont déjà signé une charte de "bon voisinage", comprenant l’aménagement des horaires de traitements à proximité de ces sites sensibles. "Cette charte, élaborée par l’ODG en partenariat la chambre d’agriculture de la Gironde et le service développement durable de la Communauté de communes de Bourg-en-Gironde (regroupement de 15 communes), est cosignée avec les maires de chaque commune", précise Marie Gordien, responsable technique à l’ODG (1) des côtes de Bourg. Les viticulteurs s’engagent à adapter leur appareil pour lutter contre la dérive et à donner leurs horaires de traitement aux mairies et aux établissements concernés, le plus souvent par mail, et au plus tard la veille de leur réalisation. En contrepartie, les établissements s’engagent à communiquer leurs horaires d’accueil et d’activité extérieure sans oublier les changements d’horaires, exceptionnels ou pas. "Même si la plupart des vignerons travaillaient déjà avec discernement, poursuit Marie Gordien, cette démarche permet de formaliser un peu mieux les choses. Elle permet aussi d’anticiper. Ainsi, la création récente d’un nouveau site "sensible", à savoir l’installation d’un groupement d’assistantes maternelles à proximité d’une vigne, a immédiatement induit un projet d’implantation de haies à proximité du site." Le dialogue étant amorcé entre les partenaires, de nouvelles réflexions sont aussi plus faciles à engager. La possibilité d’acheter un matériel en commun pour entretenir les futures haies a ainsi déjà été évoquée par les différentes communes.

(1) organisme de défebse et de gestion.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui