Réussir vigne 28 novembre 2014 à 08h00 | Par Clara de Nadaillac

Élevage des vins: penser à la désinfection

L’élevage est la période de tous les dangers pour le développement des Brettanomyces. Il reste généralement un peu de sucre tandis que la majorité des levures et des bactéries sont mortes. Pour peu que les précurseurs des phénols volatils soient présents, le champ est libre pour les Brettanomyces. Voici comment mettre tous les atouts de son côté pour les éviter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La technique de nettoyage des fûts 
à l'eau 
surchauffée couplée à de la vapeur, 
de DGC Vins, est l’un des cinq procédés de désinfection les plus 
efficaces contre les Bretts.
La technique de nettoyage des fûts à l'eau surchauffée couplée à de la vapeur, de DGC Vins, est l’un des cinq procédés de désinfection les plus efficaces contre les Bretts. - © DGC Vins

Soutirer au plus vite


Première précaution : “ il faut procéder rapidement à un soutirage dès la fin des fermentations ”, rappelle Pascal Poupault, de l’Institut français de la vigne et du vin (IFV) Pôle Val de Loire. En effet, les lies sont un nid à Brettanomyces. En clarifiant puis en stabilisant le vin rapidement après les vinifications, cela limite leur prolifération.


Sulfiter en une seule fois


Le sulfitage morcelé, de plus en plus pratiqué dans l’optique de réduire les doses de sulfites, n’est pas un bon calcul, comme en témoigne Vincent Gerbaux, de l’IFV Pôle Bourgogne : “ il faut ajouter la bonne dose de SO2 dès la fin de la malo, pour stabiliser le vin. Un sulfitage en plusieurs fois aura l’effet inverse de l’escompté : on créera pratiquement des résistances ”, prévient l’expert. L’IFV recommande une dose de 30 à 35 mg de SO2 libre/litre de vin pour une action anti-levurienne visant les Brettanomyces. Mais cette dose est bien sûr à adapter en fonction du pH du vin.


Choisir un nettoyage du bois efficace


L’élevage sous bois est une opération “ à risque ”, car les Bretts se logent dans les pores du chêne. Pour éviter toute contamination, rien de tel qu’une bonne désinfection. Mais tous les procédés ne se valent pas. C’est du moins ce que Nicolas Richard, d’Inter Rhône, a mis en évidence après cinq ans d’essais sur le sujet. Il a comparé les différentes méthodes de désinfection des barriques. Cinq sont efficaces et donc à privilégier : l’eau surchauffée couplée à de la vapeur du Procédé DGC Vins primé au Vinitech, le méchage sous pression, l’ozone gazeux disponible entre autres chez Ozone Service, le générateur de vapeur comme par exemple le Barriclean de Bouyoud Distribution (Brive, Corrèze) ou celui de Gebhardt France (www.gg-technik.fr) et les ultrasons notamment proposés en prestation de service par Dyogéna (Blanquefort, Gironde). En revanche, ni le trempage chimique, ni l’emploi d’eau ozonée ou d’ozone négatif ne sont efficaces. L’utilisation de la canne Moog n’est pas non plus la panacée. “ Mais même avec un procédé de désinfection efficace, personne n’est à l’abri des Bretts, insiste Nicolas Richard. Il faut être à l’affût et surveiller ses vins, isoler les cuvées à problème et bien analyser le niveau de risque à chaque étape. ”

- © P. Cronenberger

Pour en savoir plus

voir dossier Réussir Vigne de novembre 2014. RV n°212, p. 20 à 26.

Au sommaire :

. p. 22 - Avant les vinifications, cap sur l’hygiène

. p. 23 - Ne pas traîner lors des fermentations

. p. 24 - Elevage : penser à la désinfection

. p. 26 - Ne pas faire l'impasse sur la filtration

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui