Réussir vigne 14 mai 2003 à 11h25 | Par Catherine Bioteau

Elevage des vins - Le contenant ne fait pas l´hygiène

Bois, béton ou inox : la nature du contenant a peu d´impact sur le développement des micro-organismes dans le vin, comparativement aux conditions d´élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

On pense souvent que l´hygiène d´un vin est plus difficile à maîtriser s´il est élevé en foudre ou en barrique en bois que s´il est élevé en cuves inox, plus inertes. En fait « l´impact du contenant lui-même est minime sur la charge microbienne des vins, comparée à l´impact d´autres facteurs comme les variations de températures ou une mauvaise protection en SO2 », estime Béatrice Cao-Thanh. La responsable du service hygiène de l´Institut rhodanien a suivi pendant un an l´évolution des populations de levures et de bactéries de cuvées de crozes hermitage rouge (millésime 2000), dans trois caves des côtes du rhône septentrionales. Une région où « la maîtrise de l´hygiène est d´autant plus importante que les vins présentent des acidités basses, favorables aux développements bactériens. » Dans chaque cave, la même cuvée a été répartie après fermentation malolactique dans différents contenants : foudres, barriques, cuves inox, cuves béton. « Contrairement à nos attentes, les différences significatives observées au niveau des populations microbiennes étaient plus liées aux habitudes d´élevage de chaque cave qu´aux différents contenants. »
Des différences constatées surtout au niveau des populations bactériennes, qui sont restées importantes tout au long de l´élevage. Elles n´ont atteint leur minimum (104 à 105 bactéries viables par ml) qu´au bout de 5 à 6 mois d´élevage, avec des variations selon les températures et la protection en SO2. « La population bactérienne la plus importante a été relevée dans la cave qui a subi les plus fortes amplitudes de températures entre l´hiver et l´été, avec pourtant une protection en SO2 libre moyenne de l´ordre de 20 à 30 mg/l ».
©D. R.


Les bactéries récalcitrantes
En fait, le SO2 ne joue pas directement sur les populations bactériennes mais inhibe leur métabolisme et notamment la production d´acidité volatile et d´histamine. « Dans la cave qui maintenait les plus faibles taux de SO2 (moins de 20 mg/l), les volatiles sont montées jusqu´à 0,58 g/l et les teneurs en histamine jusqu´à 8 mg/l, alors que le nombre de bactéries était correct. » Des teneurs certes élevées mais qui restent acceptables. « Maintenir des teneurs faibles en SO2 n´est pas impossible, concède Béatrice Cao-Thanh, mais il faut être conscient que c´est une pratique risquée. »

Il ne faut pas non plus oublier que si la nature des contenants a peu d´impact sur les populations bactériennes, il n´en va pas de même avec leur entretien. « Une hygiène insuffisante des contenants, comme un simple rinçage à l´eau froide, favorise le développement de bactéries avant même l´entonnage des vins. » L´étude a également mis en évidence l´effet positif des soutirages : en aérant le vin, ils limitent les populations de bactéries anaérobies. « A taux de SO2 identique, il y a plus de bactéries quand on ne soutire pas. » Les analyses effectuées sur les différents lots de vin n´ont par contre pas mis en évidence d´éventuelles différences de richesse polyphénolique selon la nature du contenant, contrairement à la dégustation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui