Réussir vigne 23 octobre 2013 à 08h00 | Par C. Galbrun

Ecotaxe - Les vignerons indépendants demandent l’exonération

Les VIF (Vignerons indépendants de France), par la voix de leur président, Michel Issaly, demandent « instamment » au gouvernement d’exonérer la viticulture de l’écotaxe qui devrait toucher, le 1er janvier 2014, les entreprises de transport.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les vignerons indépendants rejettent le projet d'ecotaxe qui s'appliquerait aux entreprises de transport et qui viendrait renchérir le coût du transport et donc celui du vin
Les vignerons indépendants rejettent le projet d'ecotaxe qui s'appliquerait aux entreprises de transport et qui viendrait renchérir le coût du transport et donc celui du vin - © G. Lefèvre

Le message est clair : les entreprises de vignerons indépendants, déjà fortement fragilisées économiquement car confrontées à des aléas climatiques particulièrement difficiles cette année et qui font suite à une année 2012 extrêmement basse en volume ne pourront pas supporter une nouvelle charge. En l’occurrence : l’écotaxe, prévue pour s’appliquer au 1er janvier prochain et qui devrait être acquittée par les entreprises de transport  faisant circuler des camions de plus de 3,5 tonnes sur les autoroutes et routes nationales non payantes et sur certaines départementales. Les vignerons indépendants, estiment-ils, devraient être fortement impactés par cette taxe en raison de leur implantation géographique souvent éloignée des autoroutes à péage et voies ferrées. Il faut donc s’attendre, poursuivent-ils à un renchérissement important du coût du transport. « Nos entreprises sont extrêmement fragiles et l’augmentation de charges sur nos exploitations, outre le fait que cela ne fait que renforcer la perte de compétitivité que nous subissons déjà, nous obligera à réduire encore nos marges déjà très faibles », assure Michel Issaly. « Et parce qu’il n’est pas non plus envisageable de répercuter des coûts supplémentaires sur nos prix de vente, nous demandons instamment au gouvernement d’ouvrir le champ de l’exonération à la viticulture qui fait face, comme tous les secteurs agricoles à une forte volatilité des prix et à une concurrence internationale accrue ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui